L’Allemagne annonce l’abandon du nucléaire en 2022

La décision a été prise hier soir par le gouvernement d’Angela Merkel à la demande des verts pour protéger la coalition majoritaire. C’est donc une décision politique. L’Allemagne avait déjà arrête 8 centrales au moment de Fukushima, les autres soit 17 réacteurs au total, seront mis hors service d’ici 2022.

C’est une décision stratégique hyper importante puisque après la Suisse c’est la première grande puissance économique mondiale à prendre une telle décision.

Quel impact économique ?

-Il va falloir payer le coût de démantèlement : 50 milliards d’euros.

-Il va falloir trouver d’autres sources d’énergie. Le nucléaire représente en Allemagne 25% des besoins. Les verts parlent des énergies solaires mais c’est utopique. Il va falloir aller chercher du gaz en Russie, du pétrole sous le pôle nord et acheter de l’énergie nucléaire aux autres pays.

C’est donc d’une hypocrisie sans nom ! Cela étant pour l’économie allemande c’est assez complique à gérer. Deux conséquences à retenir :

1° : L’Allemagne va perdre son indépendance énergétique.

2° : Le prix de son électricité va mécaniquement augmenter de 20% minimum. Du coup, les industriels sont vents debout. Parce que l’Allemagne va perdre un facteur de productivité important. On peut imaginer que certains industriels déménagent vers des pays ou l’énergie sera moins chère. Vers la France par exemple.

Quel impact pour la France ?

Pour la France c’est compliqué aussi. La France va vendre son énergie aux allemands, mais on va perdre un client pour les centrales. Et d’une façon générale, il va falloir renforcer l’argumentaire en faveur du nucléaire si la France veut rester une grande puissance.

Et l’argumentaire portera sur la sécurité, le prix et la propreté. Parce que d’ici 2022, les besoins en énergie vont doubler et personne n’a de solutions pour répondre à cette demande en dehors du nucléaire. Cette décision allemande tombe le jour ou Areva entre en bourse et va devoir s’expliquer… pas facile.