L’AMF va ouvrir une procédure de sanction contre LVMH

L’Autorité des marchés financiers (AMF) a transmis à la commission des sanctions l’examen des conditions dans lesquelles LVMH, le géant mondial du luxe, est monté au capital d’Hermès. « Nous avons notifié des griefs » et cette affaire va être « examinée par notre commission des sanctions, je pense, dans les premiers mois de 2013 », a déclaré lundi Gérard Rameix, président de l’AMF, dans une interview à la radio BFM Business. LVMH a rapidement fait savoir, par la voix de son porte-parole, qu’il s’agissait « du cours normal de la procédure, qui ne préjuge en rien de son issue » et s’est dit « confiant dans l’issue de cette procédure ». Le numéro un mondial du luxe, qui détient à ce jour 22,6% des actions du sellier de la rue du Faubourg Saint-Honoré, avait fait irruption au capital de son concurrent, à la stupeur générale, en octobre 2010, en révélant y avoir pris une participation de 14% rapidement portée à 17%.