L’année 2019 aura été horrible pour les résidents à Paris... Rennes, Nantes et Lyon, sont désormais classées villes les plus attractives de France

Si Rennes, Nantes, et Lyon arrivent en tête des métropoles les plus appréciées de leur résidents, Paris est tombée en 14ème position. Marseille est en queue de classement. 

L’année 2019 aura été fatale à l’image de Paris aux yeux de ses habitants qui supportent de plus en plus mal les difficultés de circulation, la piètre qualité des infrastructures, le logement cher et les problèmes de sécurité. Ne parlons pas des gilets jaunes ou des manifestations à répétition. Et des grèves. Le gout des Parisiens pour vivre dans leur ville s’est effondré.

Si on retient les critères de la qualité de vie en général, le dynamisme économique (les emplois), le cout de la vie et la vie culturelle et les infrastructures, le classement des grandes villes françaises est en train de changer. 

Les plateformes Région-job et Paris-Job éditées par HelloWork, qui est l’acteur digital de référence sur le marché de l’emploi, se sont penchées sur l’image des grandes métropoles et leur attractivité auprès de leurs habitants. 

Que pensent de leurs villes ceux qui y habitent et y travaillent ? C’est très différent de l’opinion que peuvent en avoir les non-résidents ou les investisseurs.

Le classement 2019 est assez surprenant puisque c’est Rennes qui arrive en tête (alors que la capitale bretonne n’était que 4e l’année précédente). Rennes est suivie de Nantes et de Lyon.

Paris est au 14ème rang et Marseille ferme la marche derrière Rouen. Si Rennes est désormais la ville la plus appréciée de ses résidents, la capitale bretonne est aussi la plus recommandée par ses habitants pour tous ceux qui cherchent à changer de région. Le taux de recommandation et de satisfaction atteint les 89%. 

Paris qui est considérée par les étrangers et les investisseurs comme une des villes parmi les plus attractives du monde, est beaucoup moins appréciée par ceux qui y travaillent et qui y habitent

Paris ne fait pas l’unanimité, avec moins d’un habitant sur deux qui pourrait la recommander. 

Une ville trop compliquée, trop encombrée et trop chère. En clair et si on compare ces résultats à ceux de l’an dernier, on s’aperçoit que l’image de Paris auprès de ses habitants ne cesse de se dégrader. 

Derrière le tiercé de tête, Rennes, Nantes, Lyon, on découvre Tours, Bordeaux, Nice et Montpellier. En bas de classement : Grenoble, Nancy, Rouen et donc Marseille.

 

Maintenant, si on détaille critère par critère, on s’aperçoit que les classements diffèrent un peu. 

Pour la qualité de vie, c’est Rennes, Tours et Strasbourg. 

Pour l’emploi, c’est Rennes, Nantes et Lyon. 

Pour la dynamique économique, Nantes, Rennes et Lyon. 

Pour le cout de la vie, Orléans, Strasbourg, Rennes. 

Pour les loisirs, la culture et l’environnement, Nantes, Nice, Montpellier.

Pour les infrastructures, Tours, Strasbourg et Rennes.

En bref, Rennes arrive en tête pour la qualité de vie, l’emploi et s’avère très bien placé pour les infrastructures et le cout de la vie. 

 

Si Rennes arrive en tête du classement général, c’est aussi la ville la plus recommandée et la plus défendue par ses habitants auprès de ceux qui cherchent à bouger ou à changer de job. 

Paris arrive en queue de classement et s’avère très critiquée par ses habitants. 

Les Rennais considèrent à plus de 47% que l’image de leur ville s’est améliorée depuis un an et ça n’est pas forcement dû à l’arrivée du TGV, parce que le TGV et le chantier de la gare sont plutôt vécus comme porteur de nuisances. 

L’étude n’a porté que sur des critères économiques. L’appartenance politique de la municipalité ne semble pas avoir été prise en compte. Cela dit, l’analyse des situations politiques ne permet pas d’établir une corrélation entre l’appréciation des habitants et la couleur politique. Il n’y a pas de rapport. Le jugement des habitants est établi sur une réalité. L’étude couronne des résultats et ces résultats correspondent plus à une expertise et une performance. Impossible d’en attribuer le bénéfice à une prise de position politique. 

La seule conclusion que l’on pourrait tirer à la veille des élections municipales, c’est que les habitants jugent leurs édiles locaux sur le bilan, plus que sur leurs promesses, plus encore que les professions de foi politiques à l’échelon national des partis politiques auxquelles leurs majorités municipales appartiennent.