L’édito du jour : Et si les français aimaient leurs banques ?

Il s’agit d’une étude très sérieuse menée par Cap Gemini auprès de 14 000 clients de banques dans 25 pays principalement en Europe. Et les résultats de cette étude corroborent ce que d’autres études nous ont indiqués sur les banques depuis la crise :

1er point : Les clients de banques sont contents de leurs agences. Ils plébiscitent leurs agences. Cela veut dire que le tout numérique nous intéresse peu. L’internet oui, mais rien ne remplace le contact direct.

2ème point : L’image de la banque dépend de la qualité du service pour plus de 55% des clients, l’accueil, le service, l’écoute.

3ème point : Les clients sont très attentifs à tous les services offerts qui donnent lieu à des commissions mais qui ne correspondent pas à des vrais services. Ils n’acceptent pas de payer pour recevoir un chéquier, pour avoir une assurance chômage ou perte d’emploi. Donc, là encore : Qualité du service.

4ème point : Les clients n’attachent pas trop d’importance à la réputation des banquiers, à leur rémunérations, à leur bonus, à la régulation, aux paradis fiscaux… A condition qu’il fassent leur métier.

Alors c’est vrai, il existe des banquiers qui pendant la crise se sont comporter comme des voyou. C’est vrai qu’il y a des rémunérations et des bonus après la crise qui sont scandaleux, mais pour les clients tout cela auraient peut d’importance s’ils étaient mieux traités.

Pour terminer, on n’est pas loin de penser la même chose de l’État : On accepterait de payer des impôts si l’administration fonctionnait plus efficacement. Ce qui est agaçant, c’est le sentiment que ce que l’on paie est gaspillé.