L’édito du jour: L’assurance vie de moins en moins rentable..

C’ était la solution miracle pour les français et elle est en train de tomber de son piédestal pour cause de crise. Les français vont rester les champions de monde de l’épargne investie en assurance vie, parce que c’est un placement qui offre une garantie sur le capital, des avantage fiscaux très important notamment au moment des successions et qui offrait des rendements très attractifs.

Mais en 2009, les rendement étaient de 4,12%, en 2010 ils sont tombés à 3.3%. L’assurance vie a subi elle aussi la crise.

En 2008, les fonds investis en actions se sont effondrés avec la bourse donc les épargnants sont allés sur des fonds investis en obligations d’état. Mais en 2009/2010, les taux d’intérêt baissant pour faciliter les emprunts publiques, le rendement a baissé.

Ajoutons à cela que pour des raisons de sécurité on a aussi renforcé les conditions de garantie en interdisant aux compagnies d’assurance de prendre des risques, si on leur interdit de prendre des risques, on diminue les rendements.

Enfin dernier coup, la fiscalité. La tentation est grande pour le ministre du budget d’aller chercher de l’argent la où il est en réduisant les avantages fiscaux.

L’assurance vie c’est pourtant avec l’immobilier, l’instrument qui permet de se constituer des compléments de retraite. Ceci dit, il existe des placements qui vont devenir concurrentiel.

Le livret A de la caisse d épargne va redevenir attractif, l’immobilier locatif et le placement en action vers le quel les banquiers vont nous réorientés. Ajoutons que les placement en actions des grandes entreprises peut être moins risqué que certaines obligations Grecs ou Irlandaise.

Si le parent se réoriente vers les entreprises, c’est bon signe. Ca peut vouloir dire que la crise a trouvé la sortie.