L’édito du jour : Pourquoi il faut réformer l’ISF.

Le gouvernement s’est résolu à reformer l’ISF parce que l’on a enfin compris que cet impôt a plus d’inconvénients économiques que d’avantages. L’ISF est un impôt, politique, punitif qui rapporte assez peu.

C est un impôt qui pèse sur du patrimoine qui a déjà payé l’impôt, c’est un impôt qui pèse essentiellement sur l’immobilier parce que la majorité des patrimoines est constituée d’immobilier. C’est un impôt qui empêche les rapprochements d’entreprises, c’est un impôt, enfin, qui fait fuir les très riches en Belgique, à Genève, à Marrakech ou en Floride.

Si on le supprime purement et simplement il faut trouver 4 milliards d’Euros. Si on décale le seuil de déclenchement à plus de 1 300 000 euros, il faudra trouver près de 2 milliards.

Aujourd’hui, on sait ce que le gouvernement ne fera pas. La tentation serait forte de toucher à l’immobilier :

-Raboter une fois de plus le dispositif Sellier qui permet d’investir en franchise d’impôt.

-Imposer les plus values sur résidences principales ou renforcer celle qu’on paie sur résidences secondaires

-Augmenter les droits de mutations ou de succession.

On ne fera rien de tout cela parce que les dégâts collatéraux sur l’industrie du logement seraient importants.

Il reste alors, les valeurs mobilières, boursières et l’assurance vie. On va sans doute taper l’assurance vie en essayant de ne pas casser cette forme d’épargne qui par ailleurs offre l’essentiel des moyens de financement de l’état.

Chargement des commentaires ...