L’édito du jour: Pourquoi la Libye bouscule les marchés financiers ?

Les milieux d’affaires ont un sentiment d’inquiétude grave parce que l’on n’a pas de visibilité. Personne ne sait comment ces pays qui sont complètement désorganisés vont pouvoir se remettre en route et avec qui. Or, tous les pays Arabes sont des éléments essentiels de l’équation économique mondiale.

1er point, ils sont les principaux fournisseurs de pétrole, les risques de pénurie et de rupture ont fait exploser les prix qui sont dessus de 105 dollars. Ceci étant, la situation sur le marché du pétrole ne s’est pas aggravé depuis 24 heures, sauf pour l’Italie. Premier client de la Libye.

2ème point, la Tunisie, l’Égypte, sont des centres de fabrication incontournables. Dans le textile, la sous-traitance automobile beaucoup d’entreprises occidentales se retrouvent en rupture d’approvisionnement.

3ème point, ces pays offraient des marchés considérables. On exportait, on investissait. Cette activité qui est un des moteurs de la reprise est paralysée. D’où la panique sur tous  les marchés financiers qui ont encore perdu plus de 1% hier, 4% depuis le début de la semaine.

4ème point. L’un des pays au monde parmi les plus inquiet aujourd’hui par ce qui se passe notamment en Libye c’est la Chine. La Chine considérait un peu l’Afrique et les pays arabes comme des espaces à coloniser. Les Chinois y sont très présents. Les ingénieurs, les ouvriers Chinois sont plus de 30000 en Libye. Ils sont très nombreux en Tunisie, en Algérie, en Égypte…Or les Chinois sont victimes du chaos. Leurs chantiers sont pillés et les Chinois essaient de s’enfuir le plus vite possible.

Dernier point, les autorités chinoises ne craignent des événements identiques dans leur pays. Il y a déjà eu des révoltes, des rébellions. Du coup les autorités Chinoises seraient en train de faire évoluer leur système. Une seule décision cette semaine très symbolique: Ils ont doublé la taxes perçue dans les entreprises Chinoises pour le financement de la santé. L’impôt santé était de 7% des salaires, il passe à 14 % des salaires. Impôt payé par les entreprises au bénéfice des Chinois qui n’avaient aucune protection santé.