L’édito du jour :Un referendum chez Fiat qui fait causer..

Fiat automobile va interroger a partir d’aujourd’hui les salariés pour savoir à quel prix, à quelles conditions il serait prêt pour conserver l’usine en Italie.

La marque en Italie est soumise comme tous les constructeurs automobiles à la concurrence des fabrications dans les pays d’Europe de l’est. Fiat comme tous les constructeurs est tentés de délocaliser les fabrications en Tchécoslovaquie ou en Yougoslavie afin de diminuer ses coûts de productions de 20 ou 30 %.

Fiat va donc à partir de ce soir dans son usine historique de Turin demander à ses salariés de se prononcer sur un accord clé qui permettrait de sauver le site industriel.

Si les salariés disent oui à cet accord, Fiat investit plus de 20 milliards d’euros. Pour produire 6 millions de véhicules en 2014 et préserver jusqu’ a 10 000 emplois.

Si ces salaries disent non, ils ferment l’usine et délocalisent les fabrications.

Que dit l’accord ?

La direction de Fiat demande un assouplissement des conditions de travail et un engagement de modération de salaires. Plus précisément Fiat demande à ce que le travail soit très adapté à la conjoncture :

-Un, une possibilité de travailler 24h sur 24

-Deux, une possibilité de pousser la durée hebdomadaire jusqu’à 6 jours par semaine.

-Trois, une réduction des pauses et un triplement des heures supplémentaires.

Inutile de vous dire que ça se passe mal. Les syndicats sont vent debout, ceci dit, c’est une initiative très importante que tous les constructeurs en Europe vont regarder à la loupe en France comme en Allemagne parce que partout en Europe on cherche les solutions pour maintenir les potentiels industriels.