L’édito du jour: Vers une réforme de la fiscalité des entreprise

Alors que la loi de finances est pratiquement bouclée maintenant, on s’attend pour le début de l’année prochaine a une reforme qui touchera le patrimoine et le capital, avec une suppression du bouclier fiscal et de l’ISF.

Le but de la manœuvre c’est évidemment d’éviter les délocalisations. Mais la réforme pourrait aller beaucoup plus loin en touchant à la fiscalité des entreprises.

Actuellement le travail est beaucoup plus impose que le capital ou les bénéfices des entreprises idée serait donc de Se rapprocher de ce que font les allemands

La fiscalité des entreprises est en France trop déséquilibrée.Les taxes et les charges sociales qui pèsent sur le travail représentent 70%. Les taxes qui pèsent sur les bénéfices 30%. 2/ 3 d’un cote 1/3 de l’autre.

Résultat : Personne n’a intérêt à créer des emplois d’ où, .le chômage, les délocalisations, les pertes de compétitivité. Il faut donc alléger le cout global du travail et compenser par une augmentation des impôts sur les revenus des entreprises. Alors bien sûr il y aura moins de bonus, moins de dividendes. Mais le Medef serait d’accord pour étudier une formule de ce genre. Dans la majorité on ne serait pas contre à condition qu’on en vienne aussi à supprimer les 35H. Bref le mot d’ordre  c’est tout faire pour favoriser le trav

Politiquement c’est non seulement possible, mais c’est souhaitable. La suppression de l’ISF qui est un impôt stupide passerait mal politiquement parce que c’est un symbole, c’est un tabou. Donc il faudra compenser la suppression de l’ISF par autre chose. On avait pensé à un petit peu de TVA, qu’on aurait appelé TVA sociale,  mais ça pèserait  sur la consommation.

Si on touche à l’impôt sur les sociétés, on fait d’une pierre deux coups. D’un cote, on trouve des recettes supplémentaires mais de l’autre on favorise l’emploi et notamment l’emploi industriel.  La réindustrialisassions  or l’emploi industriel c’est la clef de la croissance.