L’édito du jour : Visite Chinoise à Washington, une rencontre capitale

C’est une visite capitale entre deux chefs d’Etat  qui sont à la tête des deux pays les plus puissants du monde. Capitale, parce qu’ils se méfient l’un de l’autre, capitale parce qu’ils ont besoin l’un de l’autre.

Les Chinois, c’est plus d’un milliard de bouches à nourrir, les Chinois c’est la nécessité de faire tourner leurs usines, de créer des richesses et de les vendre pour dégager des surplus, afin d’investir. Les Chinois ont besoin de marchés. Son plus gros client c’est Wall-Mart, la chaine de magasins américains…

Les américains eux, sont obsédés par le maintien de leur niveau de vie. Ils sont donc endettés dans des proportions indécentes. Ils trouvent en Chine les moyens de financer leurs dettes. Obama reçoit donc son banquier. Et il va lui dire de continuer à le financer à des conditions  pas trop  pénibles. En contrepartie, il pourra continuer à acheter Chinois.

Jintao et Obama se tiennent donc par la barbichette. Ces géants ont besoins l’un de l’autre.

Deux problèmes : Un, ils n’ont pas le même système de valeur. L’Amérique est attachée à la démocratie, à la liberté individuelle. Les chinois eux sont de ce point de vue là, sur une autre planète.

Deux, l’Europe est exclue, absente de ce dialogue ou la relation impacte directement notre situation. Le niveau du dollar, le prix des matières premières, le niveau des salaires dépend de l’économie mondiale dominée par la relation entre l’Amérique et la Chine. Le G20 qui est une idée Française, présidée par la France risque fort de se transformer en G2…