L’État va embaucher 100 cybers-espions… et c’est pas trop tôt !

La DGSE (Direction générale de la sécurité extérieure) a annoncé avoir 113 postes à pourvoir. Parmi les offres d’emploi, la France est à la recherche d’ingénieurs base de données, d’ingénieurs cœur de réseau, des spécialistes de cyber-défense mais aussi de crypto-mathématiciens. Derrière ces noms aux accents geek, se cache tout simplement des cybers espions capables de protéger l’intégrité virtuel de l’hexagone. Il faut dire que dans ce domaine, la France est à la traine. Le budget consacré à cette lutte n’est que de 75 millions d’euros avec 360 spécialistes. La tentative de cyber-attaque dont aurait été victime l’Élysée de la part des Américains, et relatée cette semaine par L’Express, a relancé la polémique sur ce retard. En Allemagne et au Royaume-Uni, les services spéciaux disposent d’environ deux fois plus d’agents. En 2013, les renseignements bénéficieront de crédits en hausse : +3,9% pour un budget de 600 millions d’euros.