L’Europe remonte les bretelles de François Hollande

La Commission européenne a publié mercredi ses recommandations économiques. Des pays reçoivent les félicitations du jury. D’autres se font sévèrement remonter les bretelles, parmi eux la France.

Voilà qui ne va pas plaire à François Hollande. Le diagnostic que dresse José Manuel Barroso, le président de la Commission européenne,  rejoint les recommandations que préconisent la Chancelière Allemande, Mario Draghi et David Cameron. La Commission nous reproche de faire trop de déficit budgétaire et  de ne pas faire d’efforts pour réduire les dépenses publiques au niveau de l’état et des collectivités locales. Bref, Bruxelles nous dit que l’on ne réussira pas à respecter les engagements parce que nos objectifs de croissance sont trop optimistes.

Il va donc falloir faire plus de croissance et la commission nous explique même comment  faire : des réformes de structure pour réduire le chômage, un assouplissement de la règlementation du travail pour faciliter les embauches et des réformes de structure pour pérenniser le système de retraite. Sur le dossier de la compétitivité française, la commission explique qu’il n’y a pas 36 solutions : abaissement du coût du travail, TVA sociale, innovation et fiscalité qui ne pénalise pas les initiatives.

Ces recommandations, on les retrouve dans l’action de Mario Monti, on les retrouve un peu chez Mariano Rajoy et on les retrouve dans les documents que Angela Merkel prépare pour notre Président. Mais ça ne vous a pas échappé, ces propositions sont très éloignées des promesses de campagne de François Hollande.