La bataille politique pour les APL va faire une première victime, Julien Courbet, le chevalier des portes et fenêtres.

Emmanuel Macron va renoncer à réduire les APL, mais il va raboter les aides publiques à l’isolation sur les fenêtres et du coup va mettre au chômage...  Julien Courbet. On va pas en pleurer.

Julien Courbet, première victime des arbitrages budgétaires. La pub pour les portes et fenêtres,c’est fini. Histoire cocasse. 

Dans la recherche désespérée d’économies budgétaires, le gouvernement voulait appliquer une baisse des APL, dès cette rentrée, la fameuse allocation logement qui bénéficie à une grande majorité des locataires français et qui disons-le, leur permet très souvent de se loger. C’est notamment le cas des étudiants qui la reçoivent sans condition de ressources des parents, le cas de 80% des retraités, des chômeurs et en général de tous ceux qui n‘ont que le minimum de ressources pour vivre. 

Ajoutons que le versement de l’APL apporte un début de garantie à beaucoup de propriétaires qui, sans cela, ne loueraient pas leur bien. Et puisque les APL existent, les propriétaires peuvent augmenter les loyers. Ils le font mais ne le disent pas. Secret de polichinelle. 

Bref, cette APL, avec tous ses défauts (dont le premier est de fausser le fonctionnement du marché immobilier et de créer un marché à deux vitesses), a une importance sociale et économique considérable. 

Le problème, c’est que les APL coutent très cher. La facture a dépassé les 18 milliards d'euros en 2015. Et elles ont, selon des experts, beaucoup d’inconvénients. La Cour des comptes a dénoncé la complexité du barème, générant erreurs de versement et fraudes, et des frais de gestion très élevés, de l'ordre de 600 millions d'euros par an ! Sans compter le rôle inflationniste qu’elles ont sur les loyers. 

Bref, tous les gouvernements ont cherché à réformer le système sans y parvenir. 

Le premier gouvernement Macron a donc eu l’idée toute simple de baisser de 5 euros par mois le montant de l’APL. 5 euros, même pas le prix d’un paquet de cigarettes. Mais la mesure permettait de récupérer 1 milliard. 

Seulement, voilà à peine était-il rendu public que le projet a commencé à faire grogner la droite et l’extrême gauche de Jean-Luc Mélenchon ainsi qu’une grande partie des élus de la France En Marche qui ne voyaient pas comment expliquer cela à leurs électeurs. 

En fait, les plus discrets dans cette fronde ont été les députés socialistes. Faut dire qu’ils ne sont plus très nombreux. Faut dire surtout que le projet avait étédécidé par Manuel Valls quand il était encore Premier ministre. 

Emmanuel Macron n’a rien fait d’autre que de reprendre le dossier et d’essayer de l’assumer. 

Seulement, ça ne passera pas. La mesure est trop symbolique pour tout le monde et essentielle pour les plus démunis. 

Le gouvernement va donc abandonner cette mesure d’austérité et la remplacer par une réduction des aides à la transition énergétique. En bref, il va taper dans toutes les aides et les subventions qui sont octroyées pour favoriser l'isolation des logements. 

Elles sont considérables. Elles représenteraient au total, entre les aides directes et les exonérations d’impôts, près de 40 milliards d’euros. Ça fait partie des niches fiscales, dénoncées moultes fois par la Cour des comptes parce que la transparence n’est pas parfaite. Cela dit, si ces niches fiscales sont dénoncées par les économistes, les fonctionnaires et la Cour des comptes, elles sont aussi gardées et défendues par les écologistes et tous les lobbies de la construction-rénovation. 

Et parmi ces groupes de pression, le plus puissant se trouve être celui des fabricants de portes et fenêtres. On aurait pu penser que les couvreurs, les vendeurs d’isolant ou de placo-plâtres soient les plus actifs. Ils le sont, mais les plus dynamiques ce sont les spécialistes de la menuiserie extérieure, les fabricants de portes et fenêtres, de double vitrage, de volets électriques. Ce sont les mieux organisés et les plus prospères. 

Ils ont démontré que les portes et fenêtres étaient responsables de 12 à 15% des pertes d’énergie, c’est sans doute vrai. Mais ce qui est formidable,c’est qu’a priori ces fournisseurs et ces fabricants auraient réussi à capturer 40% de la niche fiscale pour alimenter leur chiffre d’affaires. 

40% du coût de la niche fiscale pour produire 15% maximum des économies d’énergie. Il y a un problème. 

La plupart des entreprises industrielles ou artisanales sont prospères dans la France entière. Et pour cause. Elles font d’ailleurs beaucoup de publicité pour toucher le client final parce que c’est au client final, propriétaire de maison individuelle qui restaure son habitation, qu’on va vendre avec l’équipement, le sacro saint avantage fiscal. D’où la promotion publicitaire que font tous les industriels du secteur. 

Principal agent de vente, Julien Courbet, l’animateur de télévision et show man de talent, qui incarne depuis des années la lutte contre toutes les arnaques possibles. Par conséquent,l’utilité des portes et fenêtres. CQFD

Faut dire que Julien Courbet s’est taillé une image et une réputation de chevalier blanc des arnaques, donc il inspire la confiance. Il était l’acteur idéal donc pour convaincre d'acheter toutes sortes de produits. Genre des fenêtres… un peu comme Bigard idéal lui pour faire la promo des steaks hachés !

Aussi, lorsque la marque Art et Fenêtres lui a proposé de vanter leur éthique irréprochable, Julien Courbet n'a pas hésité à lui « prêter » son image. Alors le montant du cachet a du l’attirer aussi ... Mais on a découvert sur les écrans des chaines nationales l'animateur jouer au justicier des rues, qui, du bout du doigt, renforce les fenêtres à l'aide de gadgets sophistiqués. Un peu comme les agents secrets ultra-modernes que l'on peut voir dans les missions de Canard WC. 
La pub n'a rien d’extraordinaire. Elle a quand même été réalisée par Patrice Leconte, l’auteur des Bronzés. Ceci dit, le rôle allait comme un gant à Julien Courbet.

Mais en tapant sur cette niche fiscale, le gouvernement va taper aussi sur les entreprises qui vont forcement couper à leur tour leur budget publicitaire, et mettre Julien Courbet à la diète. On ne va pas pleurer. Mais c’est fou comme la contrainte économique va se loger partout. 

 

Pour revoir, une dernière fois l’un des spots de Patrick Leconte, avec Julien Courbet : 

https://m.youtube.com/watch?v=DBpiWouRIrs