La bourse détruit un an d’impôt sur le revenu en une journée

Jeudi fut une journée noire sur le CAC 40. Près de 50 milliards d’Euros ont été détruits. Reflet d’un marché massacré depuis le début de l’année qui n’est pas sans conséquences.

Jeudi, le CAC 40 clôturait en repli de 5.25% à 2781 points. Lors de cette journée noire, ce sont 50 milliards d’euro qui ont été détruit. C’est presque l’équivalent de ce que produit en un an, l’impôt sur le revenu. C’est autant que l’impôt sur les sociétés. Toutes les places financières du monde sont aussi sinistrées et c’est bien ce qui angoissent les ministres du G20 réunis à Washington.

Depuis le début de l’année, l’indice parisien a perdu 27%. Les valeurs les plus massacrées sont évidemment les valeurs  bancaires.  BNP-Paribas a perdu 48% de sa valeur, Crédit-Agricole 53%  et la Société-Générale 59%. Un massacre qui se justifie uniquement par des raisons spéculatives.

Certains diront que ces pertes sont virtuelles. C’est vrai, sauf pour ceux qui ont besoin d’argent. Cet appauvrissement bloque toutes les initiatives et les projets : les banques hésitent à faire des crédits, les entreprises retardent leurs investissements. Tout se passe comme si l’on était en train de bloquer la circulation du sang. Le crédit c’est le sang, s’il ne circule pas les organes se nécrosent. Cette crise financière prépare donc la contagion à l’économie réelle comme en 2008.

En 2008, on avait les moyens de faire repartir les machines, aujourd’hui ont ne les a pas.