La Chine, l’autre star du Salon du Bourget

Le salon du Bourget est en soi, un évènement puisque c’est la vitrine de l’industrie aéronautique mondiale. Et jusqu’a maintenant, on pouvait résumer cette industrie par un duel permanent entre les deux plus gros constructeurs du monde : Boeing et Airbus. Tous deux, règnent depuis 50 ans sur le marché mondial des moyens et des longs courriers. Boeing à Seattle et Airbus à Toulouse.

Boeing et Airbus ont les mêmes ambitions de recherches : Utilisation des énergies nouvelles, réduction de la consommation et de la pollution.

A côté de ces deux dinosaures de l’industrie aéronautique, vous avez l’aviation d’affaire avec Dassault et ses Falcons, des américains avec les Citations ou le canadien Bombardier. Un secteur qui est en panne actuellement après avoir connu des années très fastes.

Mais l’événement cette année pour le monde des affaires, c’est pour la première fois la présence des Chinois, la Comac, avec la maquette du futur gros porteur : Le C919.

Pékin était déjà présent sur tous les fronts, notamment militaire et spatial. Mais dans le transport civil, l’ambition de la Chine est clairement de devenir le numéro 3 du marché mondial. Tout d’abord, ils se sont fait les dents avec un biréacteur régional l’ARJ21. Avec ses 100 places, il volera cette année et les chinois ont déjà 240 commandes.

Mais avec ce C919, ils se sont attaqués au secteur du moyen et long courrier. L’avion sera en concurrence directe avec l’A320 et le Boeing 737. La Comac à fait appel à des fournisseurs internationaux Safran ou General-Electric. L’avion devrait voler en 2016 et est destiné au marché chinois.

Chez Airbus et Boeing, la menace est prise très au sérieux. Seule riposte possible : L’innovation.