La Chine prête à investir 100 milliards en Europe

La Chine serait prête à engager 100 milliards d’euros dans le FESF, mais à certaines conditions.

La Chine serait prête à engager 100 milliards d’euros dans le FESF, ce fond qui doit garantir l’équilibre de la zone Euro. Cette information est sortie dans la presse anglo-saxonne, et aussitôt les autorités chinoises ont précisés qu’il n’y avait aucune négociation en cours. La vérité c’est que c’est un projet très compliqué à mettre en œuvre. Le FESF avait été créé au début de la crise grecque et sa mission était de venir en aide aux pays en difficultés. Une sorte de petit FMI. Mais les pays européens n’ont pas d’argent à y mettre !  L’idée a donc germé d’accueillir des fonds des pays émergents, et notamment de la Chine.

Une question d’intérêt.

La Chine a tout intérêt à venir investir en Europe. Nous sommes parmi ses meilleurs clients. Le pays qui a besoin de diversifier ses placements, s’est aussi engagée aux Etats-Unis. Le problème, c’est qu’elle y mettra des conditions. La première, c’est que l’on cesse de critiquer sa politique de change. C’est le sport favori des occidentaux.

La deuxième, va porter sur les garanties. Comme tous les investisseurs, la Chine demandera que l’Europe fasse de la croissance pour rentabiliser ses capitaux. La clé de sortie de la crise passe par un assainissement des finances publiques et le retour à une activité soutenue.

Après tout, les Chinois sont des banquiers comme les autres.

A lire aussi : Décryptage – « La Chine a tout intérêt à financer le FESF »