La divine surprise de la croissance française

La croissance en France au troisième trimestre est en hausse, mais l’économie du pays est toujours malade.

0,4%, c’est la croissance de l’économie française au troisième trimestre 2011. Un chiffre auquel on ne s’attendait pas et qui tient du miracle, puisqu’il nous ramène au rythme de l’Allemagne. Ces 0.4% devraient nous permettre de terminer l’année dans les prévisions.

Oui mais…

Quand on soulève le capot de l’économie française, on s’aperçoit qu’elle marche toujours qu’avec un seul moteur. Celui de la consommation. Cette consommation est soutenue très largement par des revenus sociaux payés à crédit. Qui dit consommation, dit bagarre sur les prix et importations en provenance de pays émergents.

Résultat, les Français sont équipés en écrans LCD mais le commerce extérieur est déficitaire. Le budget est déséquilibré et la production industrielle en berne. On crée des emplois oui, mais en Chine. L’appareil industriel français n’embauche plus, il débauche. L’emploi est devenu la variable d’ajustement. Exemple, l’industrie automobile qui annonce aujourd’hui des plans sociaux. Le modèle allemand lui, est hybride. Il fonctionne sur la consommation interne et sur les exportations de produits industriels. Donc il ne fait pas de déficit et pas de dette. Du coup, les Allemands ne dépendent que de leurs clients. C’est stressant, mais beaucoup moins que de dépendre de ceux qui paient nos dettes.