La Grèce de nouveau sous la menace d’une sortie de l’euro

4,2 milliards d’euros, c’est le montant du chèque que va finalement recevoir la Grèce jeudi par ses partenaires européens.

Jusqu’au dernier moment les pressions en Europe auront été nombreuses pour que la commission européenne ne signe pas ce chèque. Et pour cause, la Grèce est désormais sans gouvernement et le chef de parti d’extrême gauche pressenti pour en former un, annonce qu’il ne respectera pas les engagements signés. Pourtant, Alexis Tsipras, le chef du parti de gauche radical Syriza reconnait que le peuple Grec veut rester dans l’euro. C’est impossible. Du coup, tout le monde se demande pourquoi continuer de donner de l’argent public à un pays qui ne tient aucun de ses engagements.

En deux ans, les européens ont déjà apporté 380 milliards d’euro, soit 33 800 euro par Grec principalement les contribuables allemands et français. Ce qui choque les occidentaux, ce n’est pas que la Grèce ait du mal à supporter les plans d’austérité. Tout le monde sait que ces plans sont insupportables. Non, ce qui choque les européens c’est que les réformes administratives et fiscales n’ont pas été mis en place. Les Grecs qui ont de l’argent ne paient pas leurs impôts parce qu’on ne leur prélèvent pas qu’ils peuvent s’exiler. Dans ces conditions, il faudra sortir la Grèce de l’euro. C’est le scenario le plus probable. Avec tous les risques de contagion que ça comporte.