La Grèce s’enfonce dans le chaos

La perspective d’un effondrement de la Grèce a semé la panique sur les marchés financiers, il fallait s’y attendre. Dès hier matin, tous les ingrédients d’un chaos annoncé étaient réunis :

– Un gouvernement grec incapable de faire accepter des reformes de structure

-Une population grecque qui a pris le pouvoir de la rue pour refuser tout effort supplémentaire

-Des états européens qui voudraient bien aider la Grèce pour des raisons politiques mais qui n’en ont plus les moyens. Le seul pays qui pourrait le faire financièrement c’est l’Allemagne. Mais  l’Allemagne ne jettera pas son argent dans une mécanique qui n’est pas sécurisée.

La seule solution sera de faire appel à l’épargne privée. L’épargne des grecs d’abord, puis celle des banques qui se retrouvent en risque.

D’où cette panique hier sur tous les marchés :

-Paris a baissé de 1,49%

-Londres de – 1%

-Francfort  -1,25%

-Dow-Jones  -1,74%

Sans parler de l’euro qui a dévissé un peu et du pétrole qui a baissé.

Tokyo ce matin, a ouvert en forte baisse.

Un risque de contagion ?

Si les banques sont abimées, il y a un risque de blocage du crédit comme au lendemain de Leymann-Brothers. Si le crédit est bloqué, c’est l’activité économique qui est paralysée. Si la Grèce est exonéré de ses engagements, le Portugal et l’Espagne vont demander la même chose.

Je crois que le prochain sommet européens va devoir prendre une initiative politique forte pour restaurer la confiance des épargnants européens sinon nous courrons tout droit au désastre.