La grosse dette qui monte…

Nouvel excès de fièvre sur les marchés en Europe comme aux États-Unis. On n’arrive pas à trouver une solution pour réduire les endettements. Est-ce que l’Amérique court un risque de faillite ?



Autant vous donner la réponse tout de suite : Faillite, non. Défaut de paiement oui. L’Amérique est en situation de surendettement. La constitution américaine interdit au gouvernement américain de s’endetter au-delà de 1400 milliards dollars. C’est le plafond.

Or, l’Amérique atteindra son plafond le 4 Août précisément. A partir de là, on arrête de payer. Trois solutions :

– Trouver des recettes supplémentaires. C’est impossible parce que la croissance est molle.
– Couper très vite dans les dépenses. C’est impossible parce qu’il faut soutenir l’activité.
– Troisième solution, déplacer le plafond. Ceci dit, il faut une autorisation du congrès et Barack Obama n’obtient pas l’autorisation des républicains. Donc il va falloir négocier très dur.

En attendant, l’agence Moody’s a fait savoir cette nuit que s’il n’y avait pas de solution, l’Amérique se retrouvait en défaut de paiement. D’où la panique sur les marchés.

En Europe ce n’est pas mieux.

L’Europe est empoisonnée par la dette grecque. La Grèce attend que le FMI débloque la tranche de financement pour juin. Le FMI ne le fera pas tant que la Grèce n’aura pas donné de garantie.

Au delà, la Grèce a demandé un nouveau plan de soutien de 60 milliards. La négociation aura lieu ce week-end. Normalement, l’Europe devrait céder à condition que la Grèce élargisse son programme de privatisation à 300 milliards d’euros. Les Grecs vont être obligés de tout vendre. Leurs ports, leurs aéroports, leurs îles, jusqu’aux petites cuillères dans les ministères. La population n’accepte pas. On est dans l’impasse.

Les Européens finiront par céder, parce que si la Grèce tombe, nous tombons avec…