Lancement de la 4G en France : Ce qu’il faut savoir

Depuis aujourd’hui, Lyon sera la première ville de France couverte par la 4G. L’opérateur SFR, qui développera le réseau, a annoncé que le très haut débit mobile sera aussi disponible à Montpellier dès le 20 décembre. Bouygues Telecom et Orange prévoit également de se lancer sur le très haut débit avant la fin 2012. En attendant, voici ce qu’il faut savoir sur la 4G pour briller lors de vos dîners en ville.

La 4G c’est quoi ?

La 4G, (pour 4ème génération de la téléphonie mobile) est un débit d’une centaine de mégabits par seconde. C’est presque 10 fois plus rapide que la 3G. En effet, la 3G offre des vitesses de connexion maximum de 14 mégabits par seconde. Plus clairement, la 4G permet l’utilisation de la TV en HD, de profiter de la visiophonie sans problèmes, de télécharger très rapidement depuis son téléphone, sa tablette ou son PC portable. Cette accélération de la vitesse va favoriser le développement des contenus les plus lourds comme les jeux vidéos ou certaines applications. Mais des désaccords persistent sur l’utilisation du terme 4G car en 2010, l’organisme de normalisation UIT (Union Internationale des Télécommunications) avait accordé aux normes LTE et WiMax déjà établies la possibilité commerciale d’être considérées comme des systèmes «4G» pour leur amélioration marquante des performances. La 4G va donc devenir le moyen pour chaque opérateur de se positionner au dessus de ses concurrents, la guerre est déclarée…

Qui, où et quand ?

En France, l’ARCEP, l’organisme qui régule les télécoms, a attribué les licences 4G LTE aux opérateurs en fin 2011. Les enchères ont rapporté à l’État plus de 3,5 milliards d’euros. Les fréquences ont été attribuées aux 4 grands opérateurs : Bouygues Telecom, Free Mobile, Orange et SFR. Ce dernier va ouvrir commercialement la 4G le 28 novembre à Lyon, avant de couvrir Montpellier dès le 20 décembre, puis les villes de Marseille, Strasbourg, Lille et Toulouse au premier trimestre 2013.  Quant à Orange, il a annoncé le lancement commercial de ses services 4G dans plusieurs villes de France dont Marseille, Lyon, Lille et Nantes dès le 22 novembre pour les entreprises clientes, et en février 2013, pour le grand public. L’opérateur prévoit de couvrir 6 villes d’ici avril 2013. Alors que Bouygues a annoncé le lancement de ses offres début 2013, avec des tests en cours actuellement à Lyon. Pour avoir une vue d’ensemble, 30% des fréquences affectées à la 4G sont pour Orange, 25% pour SFR, 25% pour Bouygues et 20% pour Free Mobile. Ces 4 opérateurs ont pris des engagements de couverture, ainsi ils devront couvrir 25% de la population avec leur réseau 4G en octobre 2015, 60% en octobre 2019 et jusqu’à 75% en octobre 2023.

Oui, mais c’est pas un peu dangereux tout ça ?

L’utilisation de ces nouvelles fréquences n’est pas plus dangereux pour la santé que les technologies précédentes comme la 3G ou le Wimax. Cependant, la multiplication des antennes imposée par la 4G qui inquiète. En effet, les nouvelles fréquences autour de 2,6 GHz attribuées aux opérateurs pour leur licence 4G, se propagent moins bien que les fréquences 2G ou 3G utilisées jusqu’à maintenant. La taille des cellules du réseau est ainsi inférieur et il faut donc plus d’antennes afin de couvrir une zone géographique donnée. En dehors des zones très densément peuplées où le réseau doit avoir une forte capacité, les opérateurs pourront déployer la 4G via les fréquences de 800 MHz, qui elles, réalisent une très bonne couverture, ce qui n’est pas une mauvaise nouvelle. La législation de son côté oblige les antennes à limiter l’exposition du public aux champs électromagnétiques, selon différents critères dont la distance des habitations. Pour les associations opposées aux antennes, ces règles ne sont pas suffisantes. Seulement, l’état de la connaissance scientifique est encore flou et ne permet pas de prouver ou d’infirmer les risques potentiels pour la santé des ondes électromagnétiques générées par les antennes.