Le calendrier 2019 va permettre aux Français de transformer les 26 jours de congés légaux en 59 jours de vacances. Un record mondial.

Sortez les calendriers. L’année 2019 va battre en France, tous les records de jours de congés payés et fériés. Incroyable. Petit guide de celui qui veut optimiser son temps de vacances. 

En fait, les Français sont malins comme des singes. Ils n’arrêtent pas de se plaindre de tout, des conditions de travail, du manque de pouvoir d’achat ou des horaires impossibles, mais dès qu’il s’agit de gérer ses jours de congés légaux, ils débordent de talent et d’imagination.

Les Français ont un incroyable talent pour optimiser leurs jours de vacances. Cela dit, ils ont des circonstances atténuantes. Ils préfèreraient peut-être gagner plus et faire de l’optimisation fiscale. Donc, ils n’ont pas le choix. 

En jonglant avec les jours de congés payés, les «25 jours annuels » et en profitant des jours fériés (13 jours par an, mais qui peuvent tomber un weekend), ils réussissent à accumuler 36 jours de vacances. Nous sommes le deuxième pays au monde pour le nombre de jours non travaillés mais payés.

Nous ne sommes dépassés que par les Anglais, qui, eux, ont 28 jours de congés payés et 9 jours fériés, ce qui leur fait un total moyen de 37 jours. Ils ont un jour de plus. Ça compte.

Les Espagnols sont logés à la même enseigne que nous, sauf qu’ils n’ont que 22 jours de congés légaux et ils se rattrapent grâce aux jours fériés, 14 jours, soit un total de 36 jours.

Selon les chiffres de l’OCDE, les Allemands n’ont que 33 jours, les Chiliens, 30 jours, les Coréens (du sud) 30 jours également.

En Australie, la générosité sur les congés monte à 28 jours avec les jours fériés, au Japon 25 jours, en Israël 21 jours, au Canada 19 jours seulement, au Mexique 13 jours et le pays où le régime légal est le plus restrictif est celui des Etats-Unis. Le salarié américain n’a que 10 jours de congés par an.

 

Alors, il s’agit là des durées légales minimum. Il peut y avoir des accords d’entreprises ou de branches qui vont au-delà, mais c’est assez rare.

 

Avec ses 25 jours de congés payés et ses 11 jours fériés, la France fait partie des trois pays du monde occidental les plus généreux.

Mais ce n‘est pas tout, avec les jours fériés, le Français peut s’arranger grâce au hasard du calendrier à cumuler beaucoup plus de jours d’absence s’il a la liberté de poser ces jours de congés un peu comme il veut. L’année 2019 va être une véritable année olympique pour se livrer à ce genre de sport.

Le site de voyage Voyages pirates a épluché le calendrier des jours fériés en 2019 et il s’est aperçu qu’un salarié malin pouvait s’organiser une absence globale supérieure à 59 jours dans l’année.  Soit avec les week-ends (104 jours), un total de 163 jours dans l‘année.

Comment ? Tout simplement en profitant des ponts et des passerelles entre deux jours fériés. Et voici quelques idées.

On pourrait très bien commencer dès janvier en posant 3 jours de CP (congés payés) du 2 au 4 janvier inclusavec le 1er janvier férié, et obtenir 6 jours de vacances.

Le mois de Mai est déjà d’ordinaire truffé de jours fériés et de ponts suspendus, mais cette année, ça va être un véritable festival. Regardez bien le calendrier, les 1er et 8 mai tombent un mercredi, avec le lundi de Pâques le 22 avril, vous pourrez profiter de 3 semaines de vacances d'affilée (23 jours) en posant 12 jours de congés payés seulement, à partir du 23 avril jusqu'au 10 mai. 

Et parce que ces ponts de mai sont fatigants, vous pourrez enchaîner avec le traditionnel pont du jeudi de l’Ascension, du 30 mai au 2 juin et obtenir 4 jours de repos avec un seul jour de CPle 31 mai (vendredi). Qui dit mieux.

Alors en juin, il y aura les 3 jours de Pentecôte. C’est en juillet que tout va mal, le 14 juillet tombe un dimanche. Ce n’est pas de chance.

Mais le mois d’août ne sera pas mal non plus, puisque le 15 aout tombe un jeudi. Donc avec 4 jours de congé, on pourra partir 9 jours en vacances aux frais de la princesse. Bon à savoir i

Au mois de septembre ça va être dur, dur ; en plus c’est la rentrée. Mais alors, novembre grâce au 1er qui tombe un vendredi et au 11 novembre qui tombe un lundi, vous pouvez profiter de deux weekends prolongés consécutifs, à rallonger en les agrémentant d’un jour de congé supplémentaire.

Pour le mois de décembre, le jour de Noël tombera un mercredi. C’est le jour idéal pour obtenir plus d’une semaine en déposant les derniers jours de congés.

Bref, les sites de voyages et les tours opérator en ont déjà la fièvre. Si le site Voyages Pirates s’est pris la tête avec le calendrier, c’est évidemment pour sortir les meilleurs plans possibles et imaginables. D’autant que ce calendrier, tricoté avec les jours légaux, ne tient pas compte des récupérations, les fameux RTT, le sous produit pinacle des 35 heures qui fait florès dans beaucoup d’administrations et d’entreprises. Ce calendrier ne tient pas compte non plus de l’absentéisme ou des arrêts de travail un peu complaisants. Ne fâchons personne. C’est la trêve des confiseurs.

La France est donc un pays formidable. Le problème dans tout cela, c’est que pour prendre des vacances, il faut non seulement un job, mais une organisation qui permette cette liberté. Pas évident tous les jours et partout. Pas évident pour les infirmières qui sont d’astreinte et qui n’ont pas le choix. Pas évident pour ceux qui travaillent le dimanche ou la nuit. 

Peut-être faut-il aussi se demander qui va produire du PIB, du travail et des emplois si la course aux congés ne s’arrête pas.  Peut-être va t-il parfois se tourner vers ceux pour qui le travail est une forme de vie, qui ne s’ennuient pas dans un job pas trop pénible et qui ont autre chose à penser qu’à feuilleter le calendrier des congés et des jours fériés. Se tourner vers ceux qui ont la chance d’avoir un boulot qui donne un sens à leur vie...

Sans l’once d’une provocation, il y a peut-être là un sujet de débat national pour les syndicats, pour les patrons qui organisent leurs entreprises, pour les fonctionnaires et pourquoi pas pour les gilets jaunes.