Le FESF risque aussi de perdre son triple A !

Le Fonds européen de stabilité financière (FESF) devrait selon toute probabilité voir sa note de crédit dégradée dans le courant de la semaine, ce qui lui permettrait de relancer son projet de nouvelle émission obligataire, après que la France, son deuxième pays garant, s’est vu retirer son triple A par Moody’s. Le FESF a annoncé mardi qu’il reportait une émission d’obligations à trois ans libellées en euro, en raison d’un problème de garantie. Les nouvelles émissions du FESF doivent être garanties par des pays de la zone euro disposant de la même note, ou d’une note supérieure, à celle du Fonds, qui est noté « AAA ». Or la note souveraine de la France a été dégradée lundi soir à « Aa1 » par Moody’s Investor Service. « Le FESF est actuellement dans l’impossibilité de poursuivre [son projet] tant que ce problème technique n’aura pas été résolu », a expliqué Christophe Frankel, directeur financier et vice-président du FESF, dans un communiqué. Moody’s a prévenu mardi que la dégradation de la note de la France affecterait celles du FESF et de son successeur, le Mécanisme européen de stabilité (MES), actuellement « AAA » assorties d’une perspective négative.