Le filon des maisons de retraite n’est plus ce qu’il était

Le Monde

Le premier ministre, François Fillon, devait intervenir le 14 juin à Marseille lors du 3e débat interrégional ‘Accueil et accompagnement des personnes âgées’, point d’orgue du débat national destiné à préparer la réforme du financement de la dépendance promise par le chef de l’Etat.

Les maisons de retraite gérées par le secteur privé devraient être des acteurs majeurs de cette réforme, après avoir été les principales bénéficiaires des mesures prises depuis 2003 en faveur de l’hébergement des personnes âgées.

Pourtant, à Bordeaux, les 9 et 10 juin, lors du congrès du Syndicat national des établissements et résidences privés pour personnes âgées (Synerpa), qui fédère 95 % d’entre eux, l’heure était à l’inquiétude. ‘Pour nos établissements, la campagne budgétaire 2011 est calamiteuse’, attaquait, d’emblée, Florence Arnaiz-Maumé, déléguée générale, en raison du gel par le gouvernement des tarifs de soins accordés aux maisons de retraite, des nouvelles conventions qui permettent leur médicalisation, et des appels à projets pour ouvrir de nouvelles structures.