Le MES en 3 questions… et en 3 réponses

Le MES (Mécanisme Européen de Stabilité) est entré en vigueur hier soir après la signature des ministres des Finances de la zone euro et sera opérationnel vendredi.

A quoi sert-il ?
Le Mécanisme Européen de Stabilité (MES) est un instrument de solidarité financière permanent qui peut intervenir sur les marchés et voler au secours d’un Etat membre de la zone euro menacé de faillite (si ce dernier a ratifié le pacte budgétaire). Il peut également intervenir quand les taux d’intérêt d’un Etat membre deviennent insupportables et menacent la stabilité financière de la zone euro.

Comment peut-il intervenir ?
Le MES peut proposer son aide financière de trois façons :
-renflouer un Etat qui ne peut pas se financer sur les marchés ;
-racheter de la dette d’Etat sur le marché primaire et secondaire (permettant de faire baisser les taux d’intérêts des pays les plus fragiles);
-recapitaliser les banques en difficulté sans passer par les Etats pour éviter d’alourdir la dette de ces derniers, à partir de 2013 ;

Comment est-il financé ?
Le MES disposera à terme, en 2014, de 700 milliards d’euros (dont 200 milliards d’euros restants du FESF). Le MES aura un capital «en dur» de 80 milliards d’euros en plus des garanties des Etats, ce qui a l’avantage de les rendre moins dépendant des notes des agences spécialisées attribuées aux pays de la zone euro. La constitution du capital du MES doit se faire au prorata du poids économique des Etats participants. La France versera 16 milliards d’euros entre 2012 et 2014 : 6,4 milliards d’euros versés mi-octobre (sur le budget 2012); 6,4 milliards début 2013; 3,2 milliards d’euros début 2014.

Par Audrey Mangin