« Le Mur des Cons » : Regardez la vidéo tournée au Syndicat de la Magistrature !

Le site d’info Atlantico a obtenu une vidéo tournée en cachette du « Mur des Cons » dans les locaux du Syndicat de la Magistrature. Le pure-player indique que c’est un magistrat qui a fait cette découverte. « Accompagnant un collègue au siège du Syndicat de la magistrature à Paris, ce juge apolitique et non syndiqué a eu la surprise de constater la présence d’un gigantesque panneau dans la salle principal du local syndical, surplombé d’une affichette sur laquelle était écrit « Mur des cons » » écrit Atlantico.  Sur ce mur, des dizaines de photos de personnalités pour la quasi-totalité classées à droite : Sarkozy, Woerth, Balladur, Morano, ou encore Patrick Balkany y figurent en bonne place. Certains sont marqués d’un signesupplémentaire « d’infamie » : un autocollant du Front National. Le portrait de l’ancien ministre de l’Intérieur Brice Hortefeux est souligné d’une mention particulièrement injurieuse : « L’homme de Vichy ».

Le site d’info Atlantico a obtenu une vidéo tournée en cachette du « Mur des Cons » dans les locaux du Syndicat de la Magistrature. Le pure-player indique que c’est un magistrat qui a fait cette découverte. « Accompagnant un collègue au siège du Syndicat de la magistrature à Paris, ce juge apolitique et non syndiqué a eu la surprise de constater la présence d’un gigantesque panneau dans la salle principal du local syndical, surplombé d’une affichette sur laquelle était écrit « Mur des cons » » écrit Atlantico.  Sur ce mur, des dizaines de photos de personnalités pour la quasi-totalité classées à droite : Sarkozy, Woerth, Balladur, Morano, ou encore Patrick Balkany y figurent en bonne place. Certains sont marqués d’un signesupplémentaire « d’infamie » : un autocollant du Front National. Le portrait de l’ancien ministre de l’Intérieur Brice Hortefeux est souligné d’une mention particulièrement injurieuse : « L’homme de Vichy ».

Mais il n’y a pas que des politiques. Certains intellectuels comme Jacques Attali, Alain Minc, Guy Sorman, ou encore Alexandre Adler sont mis au pilori syndical. Les journalistes ne sont pas en reste. Eric Zemmour est placardé, bien sûr, mais il y aussi deux patrons de presse, l’ancien directeur du Figaro Etienne Mougeotte, et l’ancien patron de TF1, Patrick Le Lay ; l’éditorialiste du Figaro Yves Thréard… Chaque magistrat syndiqué est invité à y placarder une prochaine victime. « Avant d’ajouter un con, vérifiez qu’il n’y est pas déjà », averti une seconde affichette placée au milieu des photos. Le président de l’UMP, Jean-François Copé, a demandé mercredi à la ministre de la Justice, Christiane Taubira, de « diligenter une enquête.

Regardez la vidéo :