Le petit jeu du week-end pour tester Emmanuel Macron : dix raisons de voter contre et dix raisons de voter pour...

Jamais dans l’Histoire de la cinquième République, l’élection présidentielle n’aura été aussi baroque. Jamais, le favori des sondages n’aura été aussi improbable.

Tout le monde se souviendra de la performance d’Emmanuel Macron. L’histoire de ce jeune haut fonctionnaire passé par la banque Rothschild et le cabinet du président de la République. Il est devenu en un an le chouchou d’une grande partie de la presse, des jeunes étudiants des beaux quartiers et des bobos de la Bastille pour atterrir aujourd’hui en tête des favoris à l’élection présidentielle

Alors, bravo l’artiste qui ne se veut ni de droite, ni de gauche, et bravo d’avoir constitué une armée de militants de quelques 200 000 fans.

Maintenant, la finale n‘est pas gagnée. Elle n’est même pas encore jouée parce que, comme certaines étoiles filantes de la politique, les électeurs possibles de Macron s’annoncent très volatiles, très fragiles. Ils ne sont pas cristallisés, comme disent les experts du sondage.

Ça veut dire que beaucoup marchent à l’intuition et peuvent changer d’avis. Ce qui est étonnant, c’est que quand on interroge les électeurs possibles de Macron, ils nous expliquent qu’ils ont autant de raisons de voter pour lui que de raisons de ne pas voter pour.

Les dix raisons les plus souvent avancées pour défendre Emmanuel Macron et qui justifieraient un vote en sa faveur sont :

1. Macron est jeune, 39 ans. Il ferait le président le plus jeune de l’Histoire politique occidentale. Il peut donc incarner le XXIèmesiècle avec tout ce qu’il a de nouveau et de dynamique. Son arrivée au pouvoir lui vaudra une notoriété internationale et rejaillira sur l’image de la France.

2. Macron est jeune dans le métier puisqu‘il n’a été ministre qu’une seule fois à Bercy. Iln’a jamais été élu maire ou député. Il reste vierge, politiquement.

3. Macron est compétent : sa formation à l’ENA, ses jobs au ministère des finances et à la banque Rothschild lui ont donné l’expérience.

4. Il parle anglais couramment. Ce n’est pas si fréquent en France qu’un président parle l’anglais. Il n’y en a pas eu depuis Valery Giscard D’Estaing, soit plus de 30 ans.

5. Macron est pro business, favorable à l’économie de marché et défenseur du système capitaliste pratiqué dans le monde entier.

6. Il considère la mondialisation comme une opportunité de progrès.

7. Il défend l’Europe et l’euro, et entend renforcer la cohésion de l’Union européenne.

8. En termes de politique économique, Macron estime qu‘il faut à tout prix renforcer la compétitivité du système économique français, il est dans une logique d’offre.

9. En termes de politique budgétaire, il cherche à restaurer les marges de manœuvre par des économies de dépenses publiques.

10. Macron estime que la croissance et le redressement dépendent des chefs d’entreprise et que ces chefs d’entreprise ont besoin de liberté, y compris celle de faire fortune.

Les dix raisons de voter contre Emmanuel Macron au dernier moment :

1. Macron est trop jeune, il n’a pas d’expérience, il se fera avoir par le système, les députés et l’administration.

2. Macron n’a pas de majorité, il ne pourra pas en constituer une à son image. Il lui faudra faire une coalition de déçus ou de frustrés, les anciens du PS et les anciens des Républicains.

3. Macron n’est ni de droite, ni de gauche, donc il n’est nulle part. Donc, il flotte. 

4. Macron est d’accord avec tout le monde, donc il ne fera rien pour ne fâcher personne.

5. Il est trop proche de la grande finance internationale.

6. Il est trop mondialiste et trop européen, trop admiratif du modèle allemand, inapplicable en France.

7. Il est trop trendy, trop dans les modes du moment. Il ne s’intéresse qu’à la finance et aux geeks, pas assez aux activités industrielles traditionnelles. Ça l’ennuie.

8. Il reste mystérieux, autour de son patrimoine notamment. Alors qu’il a été banquier d’affaires, il déclare seulement le 2ème plus petit patrimoine de tous les candidats. Soit il est très dépensier et ne sait pas gérer son argent, soit il y a un loup.

9. Il n’a pas d’amis pour gouverner. Et s’est déjà fait pas mal d’ennemis chez les grands patrons.

10. Il est l’héritier de François Hollande, la meilleure preuve est qu’il a du mal à décider.

Alors, cette confrontation entre les pour et les contre peut se prolonger à l’infini. Dans les dîners en ville à Paris ou dans les réunions de copains, on y passe encore des heures. C’est le débat à la mode. Alors si vous voulez jouer vous aussi, allongez la colonne des pour et celle des contres.