Le vote du Bundestag règle-t-il le problème grec ?

L’Allemagne vient d’élargir le rôle du FESF. Ce n’est pas pour autant que le problème de la dette en Grèce est réglé, voici pourquoi.

Le Bundestag  l’a voté jeudi, le fond de stabilité de l’Euro va pouvoir élargir ses fonctions. Est-ce pour autant que le problème de l’Euro est réglé ? Et bien, la réponse est non. On a gagné deux ou trois mois c’est tout. Ceci dit, le vote allemand rassure sur l’engagement de l’Allemagne à payer sa côte part importante dans la solidarité. C’est l’Allemagne qui a le carnet de chèque. Il reste deux ou trois petits pays à convaincre mais on peut dire que la Grèce ne sera pas en cessation de paiement le 14 octobre. De plus, la Troïka est revenue à Athènes ce soir.  La Troïka qui se compose du FMI, de la BCE et de l’UE, doit s’assurer que les engagements pris par les Grecs seront respectés.

Le problème sera régler à trois conditions :

– D’une part, il faut que la Grèce commence à appliquer ses engagements, pour l’instant c’est timide.

– D’autre part, il faut que l’on décide quelle part de la dette, les banques veulent passer en perte.  Actuellement, tout le monde est d’accord sur le chiffre de 20%. Les experts disent qu’il faudrait au moins en oublier 50%.

– Enfin,  il y a une 3ème condition. Mettre en place un système anti-contagion : Il faut donc autoriser le FESF à prêter de l’argent directement aux états ou bien à racheter leurs dettes. En contrepartie, la BCE émet du papier, ce qu’elle fait déjà.  Bref, on si c’est le cas, on serait en train de créer une banque européenne, ce qui revient à mutualiser le système. Un système qui par conséquent, sera sécurisé contre la spéculation

Nous n’en sommes  pas là et Angela Merkel a encore du travail à faire. Surtout dans sa propre majorité.