Les 10 infos éco du jour

1. La France ne prévoit pas de plan d’ajustement supplémentaire en 2013 pour réduire le déficit de ses finances publiques, a indiqué lundi le ministre français des Finances, Pierre Moscovici, à l’issue d’une réunion avec ses homologues de la zone euro à Bruxelles, tout en insistant sur l’engagement de Paris à revenir « sous les 3% » en 2014. « Nous ne prévoyons pas de plan d’ajustement supplémentaire pour 2013 », a dit M. Moscovici, interrogé sur le déficit de la France. Selon les dernières prévisions de la Commission européenne, la France devrait voir son déficit public déraper en 2013 à 3,7% du PIB au lieu des 3% prévus.

2. Le PDG du constructeur automobile français Renault, Carlos Ghosn, s’est dit lundi plutôt défavorable à toute mesure qui pourrait réduire l’avantage compétitif du diesel, alors que le débat agite le gouvernement français. « Les gouvernements ont des déficits et doivent trouver de l’argent et ils regardent la moindre opportunité de le faire », a-t-il déclaré à Genève, à la veille de l’ouverture à la presse du salon automobile.

3. La Chine s’est fixé un objectif de croissance de 7,5% pour 2013, selon le rapport du Premier ministre sortant Wen Jiabao qui doit être présenté mardi en ouverture des travaux du Parlement et cité par l’agence officielle Chine nouvelle. L’augmentation du budget de Défense sera de 10,7% dans une économie où l’inflation devrait atteindre 3,5%, selon le rapport du chef de gouvernement qui préconise une « politique monétaire prudente ».

4. Référendum sur la rémunération des patrons : Le gouvernement planche depuis plusieurs mois sur un projet de loi comparable à la Suisse sachant que plusieurs garde-fous existent déjà en France. C’est « une excellente expérience démocratique où les Suisses montrent la voie et, personnellement, je pense qu’il faut s’en inspirer », a déclaré lundi à Matignon le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, à la sortie d’un séminaire sur l’emploi à l’Elysée.

5. Barack Obama a plaidé lundi pour une « approche équilibrée » entre démocrates et républicains afin de régler le contentieux budgétaire aux Etats-Unis, qui a conduit vendredi au gel de 85 milliards de dollars de fonds publics. Le ton auparavant acrimonieux s’est adouci ces derniers jours et le président démocrate a pris contact avec des représentants du parti républicain au Sénat, Susan Collins (Maine) et Tom Coburn (Oklahoma).

6. Pierre Gattaz, candidat à la présidence du Medef, a considéré sur LCI que le changement de statuts voulu par Laurence Parisot pour prolonger de deux ans son mandat serait « antidémocratique ». Le président du Groupement des fédérations industrielles (GFI) et PDG du groupe Radiall a déclaré qu’il fallait « un renouvellement à la tête du Medef.

7. Les ventes de plats cuisinés surgelés à base de viande, comme les lasagnes, ont chuté de près de 30% en France en raison du scandale de la viande de cheval et ne montrent aucun signe de redressement à court terme, a fait savoir lundi la firme d’études de marché SymphonyIRI.

8. La loi sur la sécurisation de l’emploi sera applicable début mai, selon le ministre du Travail. La réforme du marché du travail sera débattue « à l’assemblée début avril, au sénat fin avril » et « début mai ce texte sera applicable », a affirmé Michel Sapin sur RMC/BFMTV.

9. Le groupe PPR s’apprête à changer de nom pour devenir « Kering », afin d’officialiser son désengagement de la distribution et son recentrage sur le luxe et le sport/lifestyle, révèle lundi l’agence financière Bloomberg. Selon l’agence, qui cite une source proche du dossier, ce changement de nom pourrait être annoncé dans le courant du mois de mars. Le terme Kering serait une référence au mot anglais « caring », qui signifie « prendre soin » en français.

10. Le PDG des ketchups Heinz pourra toucher en indemnités de départ 56 millions de dollars s’il est licencié par les nouveaux propriétaires de l’entreprise, le milliardaire Warren Buffet et un fonds brésilien, indique lundi un document du gendarme des marchés américains (SEC). William Johnson sera aussi en droit de bénéficier de 99 millions de dollars en actions acquises au cours de sa carrière et 57 millions de dollars en « rémunérations différées », soit au total quelque 213 millions de dollars, précise ce document déposé auprès de la SEC.