Les 20 marques de l’été : Le Guide du Routard voyage à travers les époques

Étudiant à l’ESCP, Philippe Gloaguen propose en 1973 un guide touristique à divers éditeurs. Après 19 refus, la maison Gedalge, accepte : le premier Guide du Routard est né. Le succès est immédiat. En deux ans, 4 volumes sont vendus à près de 52.000 exemplaires. En 1985, nouveau succès : le guide spécial Paris s’écoulera à 55.000 exemplaires. En 1993, Philippe Gloaguen propose l’édition de mini-guides édités pour des annonceurs. Le guide prend le virage de l’internet en 2002 avec Routard.com et devient rapidement le premier site non-marchand d’informations touristiques. Le guide a fêté cette année ses 40 ans.

+

+

Le saviez-vous ?

Le mot « routard » est déposé à l’INPI. Il est la propriété du fondateur du guide, Philippe Gloaguen.

***

2,5 millions d’exemplaires du Guide du Routard sont vendus chaque année soit 1 exemplaire toute les 4 secondes.

+

+

3 questions à… Philippe Gloaguen, créateur du Guide du Routard

Que représente la période estivale pour le guide et comment préparez-vous cette période en amont ?
En termes de vente, le moment le plus important pour nous c’est juste avant l’été, c’est-à-dire avant que les gens ne partent en vacances. Le gros de nos ventes se termine donc fin juillet. On remarque tout de même de plus en plus d’achats de dernière minute. L’été c’est plutôt la basse saison pour nous, on a travaillé un an pour le préparer…

Quelles sont les tendances, les meilleures ventes dans votre collection ? Les attentes de vos acheteurs ont-elles changé depuis la création du guide ?
On bénéficie toujours de l’image du Routard, d’un bon rapport qualité-prix. Et c’est important en période de crise : il y a des gens qui choisissent notre guide pour faire des économies. Côté tendances, on remarque un développement des destinations françaises mais aussi des villes européennes low-costs. Nous allons d’ailleurs publier des guides spéciaux « Routard express » pour ces villes en septembre. Enfin, on remarque une diminution des ventes pour les destinations lointaines comme l’Amérique du Sud ou l’Asie.

On remarque que les gens optent de plus en plus pour des courts séjours, mais de plus en plus nombreux. Tout comme le numérique, cette tendance peut-elle avoir un impact sur vos ventes ?
C’est l’inverse ! Cette tendance accélère nos ventes. Au lieu d’acheter un ou deux guides, les gens partent quatre fois dans l’année, donc ils achètent 4 guides. Pour ce qui est du numérique, nous ne sommes pas touchés par la concurrence. Le guide papier reste l’objet le plus « nomade » qui soit : il supporte le sable, il n’y a pas besoin de batterie pour le recharger, l’écran ne se casse pas quand le guide tombe, et c’est un objet très bon marché. Nous avons aussi créé un site, Routard.com, qui totalise 2,6 millions de visiteurs uniques par mois. Il est présenté sous la forme d’un magazine, qui est d’ailleurs un excellent support de promotion pour notre guide papier.

+

Le saviez-vous ?

Philippe Gloaguen, le créateur du guide, était durant un temps interdit de séjour en Chine et en Tunisie. Motif, le chapitre « droits de l’homme » des deux guides ne plaisait pas aux autorités de ces pays.

+

+

La pub : Quand le guide du routard joue sur les clichés (2011)

Image de prévisualisation YouTube

<< Précédent –  Suivant >>