Les 5 buzz éco du jour à ne pas manquer !

1. Vladimir Poutine signe un décret accordant la citoyenneté russe à Gérard Depardieu. Le président russe a accordé un passeport russe à l’acteur français Gérard Depardieu, comme il l’avait annoncé il y a quinze jours.  L’acteur français a menacé récemment de renoncer à son passeport français pour protester contre les augmentations d’impôts visant les plus riches.

2. Selon une étude britannique, l’avenir sera le plus prometteur pour les personnes qui seront nées en Suisse en 2013. La France, elle, n’occupe que la 26e place du classement. C’est ce que révèle l’Economist Intelligence Unit (EIU), une société sœur du magazine britannique The Economist, qui a élaboré un palmarès des pays où il vaut mieux naître cette année pour réussir dans la vie. La Suisse décroche la palme en 2013, suivie de l’Australie, la Norvège et la Suède.  Loin derrière, la France arrive à la 26e place. Elle devance de très peu les pays du Sud malmenés par la crise de la dette (Grèce, Portugal et Espagne). À titre de comparaison, l’Allemagne et les États-Unis se disputent la 16e place.

3. Cette année, les Français ont dépensé environ neuf milliards d’euros pour les achats de Noël sur les différents sites internet de e-commerce.

4. Une photo de presse jamais vue et interdite de la princesse Diana va être mise aux enchères courant janvier aux Etats-Unis.  L’image en noir et blanc, de dimension 20 cm par 25 cm, a été prise à l’aube des années 1980.  Elle montre la princesse souriant à l’appareil photo alors qu’elle est confortablement installée sur les genoux d’un jeune homme du même âge en train de lire un livre.  On aperçoit une bouteille de whisky, mais plus étrange, les mots « Not to be published » (« Ne pas publier ») écrits au feutre barrent la photo.  Au dos, l’image est datée du 26 février 1981, soit deux jours après l’annonce par le palais de Buckingham du mariage du Prince Charles avec celle qui n’était alors que Diana Spencer.

5. Un employé fédéral de Baltimore vient de recevoir un courrier de blâme à cause de ses « vents ». Dans la lettre envoyé à l’employé indélicat, sa hiérarchie indique qu’il aurait perturbé ses collègues de travail «en lâchant des gaz et en libérant une odeur déplaisante». Ses flatulences auraient engendré un environnement de travail «hostile» et «intolérable».

Chargement des commentaires ...