Les conséquences d’une perte du triple A français

C’est désormais de plus en plus plausible, la France risque de perdre son triple A. La menace d’une dégradation par Moody’s lundi matin n’a fait qu’accentuer la rumeur. La perte du triple A aura trois conséquences.

Première conséquence : Une hausse des taux des emprunts d’État.

Le taux d’intérêt mesure le risque que l’on prend à prêter de l’argent. On considère que si le pays est dégradé, cela signifie qu’il est malade. La hiérarchie des taux d’intérêt en Europe reflète l’état de santé des pays. Par exemple la Grèce est très malade et bénéficie d’un taux exorbitant de28,45%. Même punition pour le Portugal et ses 11,39%. Des pays moyennement malade comme la Belgique empreinte à 4.95%, la France à 3.68%. Enfin, il y a des pays en bonne santé comme les Pays-Bas à 2.43% ou l’Allemagne à 1,77%. Il faut savoir qu’en période normale, nous avons les même taux que l’Allemagne.

Deuxième conséquence : Hausse des charges pour les collectivités.

Les collectivités locales dépendent étroitement des transferts de l’État. Une hausse des charges pour ces collectivités sera inévitable.

Troisième conséquence : Difficultés de trouver un crédit.

Parallèlement à la dette d’État, toutes les banques et toutes les grandes entreprises seront, elles aussi, dégradées. D’où la hausse du coût des crédits ce qui alimentera la récession.

Que faut-il faire ?

Il faut commencer par soigner les malades. C’est-à-dire tout faire pour redresser les finances publiques. Problème, on ne pourra pas le faire rapidement. La Grèce, l’Italie, l’Espagne et un peu la France, sont très malade. Le médecin Merkel demande à ces pays de se soigner tout seul. Ça ne marche pas comme cela, il faut tout de suite des médicaments sinon l’Allemagne va aussi attraper les virus. Il faut obtenir de l’Allemagne un assouplissement de sa position pour permettre des interventions de la BCE sinon, la zone Euro explosera.