« Les enfants d’aujourd’hui vont appartenir à la génération la plus chanceuse de l’histoire »… du moins selon Warren Buffett

Warren Buffett a encore, à 86 ans, attiré des milliers de fidèles pour la « grande messe annuelle » qu’il célèbre chez lui à Omaha dans le Nebraska, à l’occasion de la publication de ses résultats.

Les résultats ne sont pas très bons, car il est très investi dans le pétrole, mais ça n’était une surprise pour personne. Warren Buffett est surtout attendu sur ses prophéties d’avenir, car il a la réputation de ne s’être jamais trompé.

Warren Buffett est le troisième homme le plus riche du monde après Bill Gates et Slim, le géant du téléphone mexicain. Il a toujours prodigué des conseils financiers construits sur le bon sens le plus élémentaire, ce qui lui vaut un grand succès auprès des épargnants du monde entier. Son premier et seul conseil : n’investir que dans des sociétés dont les cours sont plutôt bas et qui fabriquent des produits ou fournissent des services dont on sait comment ils fonctionnent. C’est sur la base de ce conseil qu’il a fait sa fortune dans le pétrole, le Coca Cola et l’informatique de Bill Gates.

L’oracle d’Omaha n’a pas surpris son monde en confirmant la baisse de ses valeurs pétrolières, mais il ne s’en inquiète pas outre mesure. En revanche, il a une fois de plus fait le buzz par ses réflexions et ses prises de positions sur l’économie et la société.

Et cette année, Warren Buffett a fait un plaidoyer pour l’optimisme. Pour lui, « les enfants qui naissent aujourd’hui appartiennent à une génération qui sera la plus chanceuse de l’histoire. » Et il ne s’est pas contenté d’affirmer cette prophétie, il a expliqué pourquoi.

La première raison, c’est la technologie. Nous ne sommes qu’au début d’une révolution qui a démarré par le digital et qui va changer la vie. Cette révolution ouvre la voie à un potentiel de création de richesses considérables dans le monde entier.

La deuxième raison, c’est le développement du commerce et de l’innovation. Nous sommes dans une économie qui va détruire les rentes et s’appuyer sur le changement et l’innovation permanents.

La troisième raison, les pays émergents qui vont retrouver le chemin de la croissance parce que c’est inéluctable.

Ajoutons à cela, que la génération qui naît aujourd’hui dans les pays occidentaux arrive avec un capital accumulé considérable. Non seulement en actifs mais en connaissances, en banque de données et en intelligence. Alors ce patrimoine est certes bien mal réparti, mais il existe.

Pour terminer le sermon, il précise néanmoins qu’il ne faut pas que les hommes politiques asphyxient cette énergie. Il ne faut pas que les gens très riches accaparent l’essentiel des richesses créées et de rendre hommage au passage à Thomas Piketty quand il revendique une imposition du capital et des successions.

A noter que Warren Buffett fait partie de ce groupe de milliardaires américains mené par Bill Gates qui estiment que les riches devraient payer plus d’impôts. Ce qu’il a décidé de faire à titre personnel en donnant 35 milliards de dollars à la fondation Gates.

<--pagebreak-->Et de rappeler au passage qu’il habite toujours dans la même maison à Omaha, une maison qu’il avait payée, il y a 50 ans, moins de 35 000 dollars, qu’il se verse un salaire de 100 000 dollars par an et surtout qu’il a prévu de distribuer, comme Bill Gates, 85% de sa succession.

Les riches sont sans doute trop riches laisse entendre Warren Buffett, mais l’essentiel, ca n’est pas la forure accumulée, c’est la richesse à créer et là nous serions à la porte d’un nouvel eldorado : « Le commerce et l’innovation sont de véritables poules aux œufs d’or et les économies peuvent pondre de plus en plus et de plus gros œufs. »