Les Européens au chevet du Portugal

Sommet Européen cette après-midi et c’est un Premier Ministre portugais démissionnaire, Josés Socrates (photo), qui va venir défendre son pays et surtout demander l’aide internationale. Le problème du Portugal, est un copier coller de  la Grèce ou  de l’Irlande. Le scénario classique du pays étranglé par la crise financière en trois actes :

Un, le Portugal a besoin immédiatement de 9 milliards d’euros pour payer ses fonctionnaires.

Deux, il ne les a pas trouvés sur le marché, sauf en promettant un plan d’austérité qui aurait rassuré les banques internationales.

Trois, le Premier Ministre n’obtient pas de majorité politique pour faire accepter son plan. Donc, il démissionne. Fin de la partie, retour à la case Bruxelles.

A Bruxelles, que peut-il se passer ?

Les pays européens, vont faire jouer les mécanismes de sauvegarde qu’ils ont enfin mis en place.

-Il y a tout d’abord, une caisse de garantie qui va intervenir dans l’urgence. Ensuite, on va mettre en place un plan de restructuration à moyen terme. Normalement le fonds européen apporterait 50 milliards d’euros et le FMI 25 milliards d’euros.

Mais enfin, tout cela ne marchera qu’en application des prescriptions du FMI. C’est-à-dire, réforme budgétaire, moins de dépenses publiques, plan d’austérité.

Les Portugais, comme les Grecs, comme les Irlandais, vont devoir se serrer la ceinture. Ils ont viré leur premier ministre mais ils n’échapperont pas à DSK !