Les milliardaires choisissent d’habiter à Londres… et ce n’est pas pour le climat

Selon un classement établi par le Sunday Times et publié le week-end dernier, Londres est la ville du monde où habitent le plus de milliardaires (un milliard de dollars de patrimoine). Les raisons ne sont pas toutes très avouables.

Londres est donc la ville du monde qui abrite le plus de milliardaires. Selon le recensement établi par le Sunday Times, Londres compte 72 milliardaires, soit 24 de plus que Moscou, et 29 de plus que New-York. Globalement, la richesse cumulée de ces milliardaires dépasserait cette année les 400 milliards de dollars (300 milliards de livres sterling), soit 30% de plus qu’avant la crise de 2008.Alors que l’économie britannique fabrique une petite moitié de ces milliardaires, l’autre moitié vient de l’étranger. Ils viennent d’Inde, de Russie, d’Afrique, du Venezuela, d’Argentine, du Brésil, et d’Europe continentale.

Les 5 plus grosses fortunes sont détenues par des étrangers installés en Grande-Bretagne. Ils sont Indiens puisque les deux frères Indura et la famille Mittal père et le fils sont installés à Londres. Il y a aussi le Russe Ousmanov. Ils possèdent en moyenne une fortune équivalente à 10 milliards chacun. Si les fortunes s’épanouissent aussi bien en Grande-Bretagne, ce n’est pas pour la météo. Le crachin anglais a beaucoup de charme, mais n’exagérons rien. Il y a trois raisons pour lesquelles les fortunes s’installent à Londres.

La première raison est que la plupart de ces fortunes sont d’origine financière et que l’industrie financière internationale est principalement localisée dans la City. C’est un choix politique qui remonte à Mme Thatcher de tout faire pour permettre le développement de l’industrie financière. On a aidé les banques à s’installer, on a favorisé les transactions en simplifiant les procédures, on a allégé les fiscalités, on a maintenu la Grande-Bretagne en dehors de l’euro ce qui lui donne l’avantage offshore pour la transaction européenne.  Londres est un paradis fiscal pour les grandes fortunes financières internationales. Les russes ont tendance à prendre Londres pour une blanchisserie. L’appartenance à la zone euro ferait tomber tous ces avantages.

La deuxième raison est fiscale. Moins d’impôts et taxes sur les transactions financières et sur le capital. Moins de charges sur les salaires dans une industrie financière qui emploie beaucoup de monde.

La troisième raison est évidemment la langue anglaise, devenue la langue des affaires et de la mondialisation. Ajoutons à cela la facilité d’installation et de création des family offices, fonds d’investissement et sociétés de gestion.

La densité de milliardaires profitent évidemment à l’ensemble de l’économie, les milliardaires font marcher des activités multiples qui alimentent le PIB, le tourisme, l’immobilier, le luxe, les compagnies aériennes, etc.

Ceci dit, si les milliardaires sont plus nombreux et plus riches que jamais, le PIB par habitant en Grande-Bretagne est très faible. Il n’a pas retrouvé son niveau d’avant 2008. Le nombre de britannique qui vivent en dessous du seuil de pauvreté et qui ont besoin d’une aide alimentaire aurait augmenté de 160% depuis 2009. Autre phénomène, l’explosion des petits boulots de service et d’entretien à Londres au profit d’immigrés venus d’Europe et souvent de France. Il suffit  d’aller au restaurant à Londres pour constater que le service est assuré en majorité par des jeunes français.