Les négociations avancent entre PSA et le gouvernement

PSA Peugeot Citroën, le gouvernement et les syndicats ont avancé, jeudi, dans les négociations pour accompagner les salariés concernés par le plan de restructuration du constructeur automobile qui se dit prêt à en réduire l’impact, avant une nouvelle réunion en décembre. L’Etat a demandé « le reformatage du plan » qui prévoit 8.000 suppressions de postes, a redit le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg à l’issue d’une réunion tripartite à Bercy. Trois pistes ont été identifiées pour améliorer le plan, selon lui : « un certain nombre d’éléments de création de postes en interne du groupe, qui étaient extérieurs et qui seront internalisés », « des solutions pour les populations de salariés les plus fragiles et notamment les seniors » et « une solution pour chacun des salariés qui perdent leur emploi ». Des efforts spécifiques peuvent aussi être menés pour améliorer la situation sur le site de Rennes, lui aussi lourdement touché. »C’est la négociation avec les partenaires sociaux qui va nous permettre de voir l’effectivité de ces efforts », a-t-il dit. De nouvelles réunions tripartites gouvernement-entreprise-syndicats sont prévues d’abord au niveau des sites les plus affectés: le 8 novembre à Aulnay-sous-Bois, près de Paris, et le 9 novembre à Rennes.