Les patrons français en Libye pour de futurs contrats

Le Figaro

Le Figaro

Le secrétaire d’État au Commerce extérieur, Pierre Lellouche, est arrivé tôt mercredi matin à Tripoli avec une délégation de 80 entreprises françaises dont la moitié de représentants de PME. C’est la première visite d’un ministre français depuis le déplacement du président de la République, Nicolas Sarkozy, il y a deux semaines dans la capitale libérée de la Libye.  Alors que les dernières poches d’insurgés à Syrte, sont sur le point de tomber aux mains des troupes du CNT (Conseil national de transition), la France entend réamorcer dès à présent ses échanges commerciaux avec la Libye dont elle était, sous l’ère Kadhafi, le deuxième client et le sixième fournisseur (avec 6% de part de marché en 2010). «Nous ne sommes pas venus signer des contrats dès aujourd’hui», confiait Pierre Lellouche dans l’avion qui le conduisait vers la capitale libyenne, «mais ouvrir des discussions, filière par filière, pour isoler les besoins des industries locales et les mettre en relation avec nos entreprises». L’idée est également de relancer les contrats signés sous le régime précédent, dont aucun n’ont été dénoncés mais qui ont été interrompus par la guerre.