Mais que se passe-t-il chez Carrefour ?

« La France est la priorité de mes priorités ». Par ces mots, dans le journal Les Échos, Lard Olofsson, le PDG du groupe Carrefour donne le ton. Après avoir limogé hier, son directeur français, le patron souhaite redonner des couleurs à la filiale tricolore qui traverse depuis quelques mois une mauvaise passe en prenant lui-même les rennes de Carrefour France.

Et pour cause, à 24.7 milliards d’euros, le chiffre d’affaire trimestriel est ressorti inférieur aux attentes des analystes. Du coup, l’action en bourse ne cesse de chuter depuis février passant de 36€ à 31€. Dans le même temps, le cour de la plupart de ses concurrents augmente, à l’image de Tesco, dont la valeur de l’action a doublé. À cela, s’ajoute le concept d’hypermarché Carrefour Planet qui peine à trouver son public, et la concurrence de plus en plus rude sur le marché des commerces de proximités.

Pour cela, Lard Olofsson indique dans cet entretien aux Échos, vouloir « développer fortement sa gamme de produits maison, de 25 % à 40 %, et accélérer le développement des Carrefour Planet. » Le PDG souhaite en voir « 90 à la mi-2012 en France ». Un pari plutôt ambitieux, notre territoire n’en compte que 5 pour le moment.

C’est un gros challenge qu’attend Lord Olofsson. Celui de redorer une image de marque, gagner en rentabilité, sans se fâcher avec des syndicats très remontés en ce moment. Pas sûr qu’il continue d’adhérer au slogan maison : Avec Carrefour, je positive.