McKinsey vient de prévenir Christine Lagarde : 1 banque sur 3 en risque de faillite en Europe

Les expertises menaçantes sur l’avenir des banques se multiplient et mettent en cause, moins la politique accommodante de la BCE que les banques elles -mêmes qui n’ont pas profité de la situation pour se réformer. Pour Christine Lagarde, c’est le défi majeur. 

Les banques sont en mauvaise posture à cause des taux bas, sauf que ça n’est pas si simple. Les experts sont certes de plus en plus nombreux à lancer des avertissements aux autorités monétaires. 

Parce qu’elles ne parviennent plus à gagner assez d’argent pour faire face aux nombreuses contraintes de régulation. Et parce que l’environnement international est morose et qu’un retournement conjoncturel pourrait précipiter la chute de certaines banques. 

Très récemment, c’est le cabinet de conseil McKinsey qui vient de publier une étude édifiante qui annonce la mort d’une banque sur 3, avec les suppressions de postes qui vont avec. Depuis le début de l’année, pas moins de dix banques européennes ont annoncé la suppression de 45 000 emplois. Ces diagnostics sont adressés directement à Christine Lagarde qui va prendre les commandes de la banque centrale européenne dès le 1enovembre.Ce qui avait été une solution pour son prédécesseur Mario Draghi va devenir un problème pour elle. 

La politique monétaire a été formidablement efficace pour éviter les effets induits par la crise financière de 2008. La BCE comme les autres a injecté des masses de liquidités pour éviter que le système économique se bloque et s’asphyxie, faute de carburant. La BCE qui était partie plus tard que les autres banques centrales colle désormais à l’agenda de la Réserve fédérale américaine et maintient sa politique de taux d’intérêt très bas. A tel point que Mario Draghi est désormais soupçonné de ne pas avoir changé de logiciel principalement pour soutenir les banques italiennes particulièrement fragiles.

Ce faisant, il a aussi beaucoup fragilisé le système pour un résultat macro-économique assez décevant. 

 

Les résultats des banques publiés chaque semestre restent impressionnants, mais absolument pas révélateurs de ce que vit le secteur. En 2018, on a encore vu 7 milliards et demi d’euros de gain pour BNP Paribas, 4,4 milliards pour le Crédit Agricole et presque 4 milliards pour la Société Générale. Mais vu des investisseurs, c’est une autre bataille. En bourse, sur l’année 2018, les actions bancaires du CAC40 ont toutes dévissé d’au moins 30%. Les valeurs bancaires n’inspirent plus confiance à cause de trois points fondamentaux. 

 

D’abord, parce que les recettes n’augmentent plus, le chiffre d’affaires, produit net bancaire, stagne.Le nerf de la guerre, pour une banque, c’est de vendre du crédit. La première source de recettes est la somme des intérêts perçus sur ces prêts. Évidemment, quand les taux sont de plus en plus bas, les intérêts ne font plus augmenter le chiffre d’affaires. Pour autant, il ne faut pas mettre ça sur le dos des banques qui accorderaient moins de crédit : aujourd’hui, la croissance de nouveaux crédits pour les entreprises et les ménages reste positive, située dans une fourchette de 5 à 8%.

Alors, aujourd’hui, pour la survie de leur chiffre d’affaire, les banques misent de plus en plus sur les commissions : tous les frais de garde et de tenue de compte oui, mais aussi la diversification vers le métier de bancassurance, qui consiste à vendre des assurances crédit. En revanche, de plus en plus de banques – BNP Paribas, Société Générale, Deutsche Bank – réduisent et recentrent leurs activités de marchés, qui peuvent être porteuses de plus ou moins values selon la conjoncture. 

 

Deuxième point, parce que leur modèle économique est trop lourd. Trop d’agence, de personnel, de coûts fixes. Et la popularité montante des fintechs, les néobanques comme Revolut ou N26 qui proposent des prestations bancaires gratuites ou à faible coût, tire vers le bas les grilles tarifaires de tout un secteur, pour un service au moins aussi bon.Donc à quoi bon posséder autant d’agences physiques ? Il y aura de la casse sociale dans le secteur. Cela demandera de se séparer d’une partie du personnel. Depuis 2011, en France, 18 000 postes dans le secteur bancaire ont été supprimés, soit exactement le nombre de départs chez Deutsche Bank annoncé en une seule fois début juillet. La vague est encore à venir.

 

Dernier point, peu de banques parviennent aujourd’hui à créer de la valeur, c’est-à-dire à créer plus d’argent que ce que l’argent leur coûte. Ce qu’il faut comprendre, c’est que, quand les taux baissent, l’exigence de rendement des fonds propres (ce qu’attendent les investisseurs) ne baissent pas. 80% des établissements aujourd’hui détruisent de la valeur.

Peut-on dire que cette situation ressort uniquement de la politique monétaire menée par la banque centrale ?

Quand on regarde les résultats de l’étude de McKinsey, la différence est criante. Si 37% des établissement jugés « challengés », c’est-à-dire en d’autres mots en grand danger, sont européens (et 55% asiatiques), il n’y a aucun américain dans cette catégorie, ni même dans la catégorie du dessus, les banques dites « résilientes ». Tous les établissements américains se retrouvent dans les deux premières catégories.

Explication : les taux d’intérêt ont été remontés en 2015 déjà et cotoient les 2%. Résultat, les banques respirent un peu plus.

 

La solution consisterait alors en une consolidation du secteur, encore plus forte que celle réalisée après crise. Et pourquoi pas une fusion européenne préconisée par la BCE. Pour faire face aux couts d’abord. Une banque mondiale consacre jusqu’à 88 millions de dollars par an à collecter et à stocker des informations sur ses clients. Une activité obligatoire voulue par la réglementation et qui ne lui apporte aucun avantage concurrentiel, répondant uniquement aux obligations réglementaires de lutte anti-blanchiment et de financement du terrorisme et d’identification des clients (Know Your Customer). Les banques concurrentes ont intérêt à travailler ensemble pour mutualiser et centraliser leurs informations clients au sein d’un unique « gestionnaire de données ».

 

C’est le Secrétaire général de l’Autorité de Contrôle Prudentiel, un service attaché à la Banque de France qui a très récemment fait ce commentaire plein de bon sens et qui obsède désormais les banquiers : 

  « La banque n'est pas un service public. Cela demeure un commerce, il faut qu'il soit rentable, pour jouer son rôle et assurer le financement de l'économie ».