Montebourg boycott Huyndai : Le patron de la marque lui répond !

Mardi soir, Arnaud Montebourg  annonçait qu’il boycotterait les marques Hyundai et Kia au Mondial de l’Automobile. Selon lui, un accord de libre-échange signé entre l’UE et la Corée du Sud provoquerait un « dumping social ». Le ministre estime que cet accord désavantage la filière automobile française. « Je dis aux Français qui achètent des Hyundai et des Kia, ils participent à une forme de dureté sociale » a-t-il déclaré dans l’émission Face à la Presse. Devant ces accusations, le directeur général de Hyundai France, Patrick Gourvennec, a réagi aux propos du ministre du Redressement Productif. « Ça nous a laissé coi. L’appel au boycott ne me fait pas peur parce que le consommateur est suffisamment informé aujourd’hui pour éviter ce type d’amalgame ou de confusion entre des problématiques de dumping social qui n’existent pas et un constructeur qui s’est régionalisé » indique-t-il sur Europe1 ce matin. En conclusion, Patrick Gourvennec indique que la sortie d’Arnaud Montebourg sur le sujet « n’est pas une réponse aux problématiques de la production française ».

Mardi soir, Arnaud Montebourg  annonçait qu’il boycotterait les marques Hyundai et Kia au Mondial de l’Automobile. Selon lui, un accord de libre-échange signé entre l’UE et la Corée du Sud provoquerait un « dumping social ». Le ministre estime que cet accord désavantage la filière automobile française. « Je dis aux Français qui achètent des Hyundai et des Kia, ils participent à une forme de dureté sociale » a-t-il déclaré dans l’émission Face à la Presse. Devant ces accusations, le directeur général de Hyundai France, Patrick Gourvennec, a réagi aux propos du ministre du Redressement Productif. « Ça nous a laissé coi. L’appel au boycott ne me fait pas peur parce que le consommateur est suffisamment informé aujourd’hui pour éviter ce type d’amalgame ou de confusion entre des problématiques de dumping social qui n’existent pas et un constructeur qui s’est régionalisé » indique-t-il sur Europe1 ce matin. En conclusion, Patrick Gourvennec indique que la sortie d’Arnaud Montebourg sur le sujet « n’est pas une réponse aux problématiques de la production française ».