Moody’s retire le triple A français

L’agence de notation Moody’s a privé à son tour la France de la note financière d’excellence Aaa, dix mois après Standard and Poor’s, une sanction aussitôt prise par le gouvernement comme une incitation à appliquer « rapidement » ses réformes. La dette publique de long terme de la France est désormais notée Aa1 par Moody’s, soit un cran en-dessous de la meilleure distinction dont elle jouissait jusque-là. Mais l’agence a aussi assorti cette note d’une perspective négative, ce qui signifie qu’elle menace de l’abaisser à nouveau à moyen terme. La France « est encore bien notée », a réagi auprès de l’AFP le ministre des Finances Pierre Moscovici, en marge d’un déplacement à Grenoble. Selon le ministre, « cette décision concerne la situation laissée par nos prédécesseurs: perte de compétitivité, faible croissance, déficit croissant ». « C’est une sanction de la gestion du passé », a-t-il dit.Moody’s est la deuxième des trois grandes agences de notation internationales à retirer à la France son prestigieux « triple A ». Standard and Poor’s (SP) avait dégainé la première, le 13 janvier 2012, en pleine campagne présidentielle française alors même que le chef de l’Etat de l’époque, Nicolas Sarkozy, avait fait du maintien du AAA une priorité. La troisième agence, Fitch est désormais la seule à noter la France « triple A », même si elle menace aussi de l’abaisser, en 2013.