Ne rêvons pas : la Covid 19 ne va réduire ni les écarts de salaires entre Paris et la province, ni modifier grandement les façons de travailler

La fracture entre la Paris et la province ne va pas se réduire. Malgré les migrations entrainées par le télétravail, les salaires en Ile de France restent encore supérieurs de plus de 10 % à ceux versés en province. Avec de grandes distorsions selon la province.

Beaucoup pensaient que la Covid 19 allait bouleverser les habitudes de vivre et de travailler. Les risques économiques sur Paris et le télétravail auraient pu rebattre les cartes coté emploi ou salaire. Alors ça bouge, mais pas autant qu’on l’aurait imaginé. Certaines fractures territoriales demeurent bien ancrées. C’est le cas de l'écart de rémunération entre les franciliens et les salariés des autres régions. Selon l’enquête de Willis Towers Watson, les salaires en Île-de-France sont de l’ordre de 10% plus élevés qu’en province. Mais à l’avenir, tout le monde s’attend à ce que la pénurie de certains métiers et le télétravail réduisent cette tendance en 2021. Khalil Ait-Mouloud, responsable de l’Activité Enquêtes de Rémunération au sein de Gras Savoye Willis Towers Watson, répond à nos questions :

 

Les rémunérations vont-elles bondir en 2021 vs 2020 ? 

Khalil Ait-Mouloud : Dans un contexte de crise sanitaire et donc économique, beaucoup d’entreprises continuent à mieux maitriser leurs coûts et préserver leur trésorerie. Cela se traduit donc par un effet de budget d’augmentations salariales plus restreints (2,2% en moyenne en France, toutes catégories socio-professionnelles confondues vs. 2,5% habituellement). Ces budgets, dont les DRH héritent, étant inférieurs aux années « normales », beaucoup de DRH ont fait un choix clair : la fin de l’ère du saupoudrage et le début de l’ère de la sélectivité. En effet, le cru des augmentations 2021 risque de voir des gagnants (métiers en tension, fonctions critiques pour faire face à la crise, pour assurer la continuité des activités et accompagnement de la transformation des organisations, notamment dans les domaines liés au digital et de la data, …) et des perdants.

 

Quel est le revenu médian des cadres en région parisienne vs province ? 

Khalil Ait-Mouloud : Le benchmark de rémunération ci-dessous est présenté en salaire annuel de base brut et en rémunération annuelle totale brut (salaire + primes + bonus + intéressement + participation). On y voit très clairement les écarts entre Paris et les régions.

    • Cadre Expert : 73 500 et 84 000 en Ile-de-France vs. 70 000 et 81 000 en Province
    • Cadre Confirmé : 57 000 et 64 500 en Ile-de-France vs. 53 000 et 60 500 en Province
    • Cadre Intermédiaire : 43 000 et 47 500 en Ile-de-France vs. 41 500 et 45 500 en Province
    • Cadre Débutant : 37 500 et 40 000 en Ile-de-France vs. 34 500 et 36 500 en Province

 

Hors l’ile de France, quelle région est la plus attractive en termes de rémunération ? 

Khalil Ait-Mouloud : Globalement, la région la plus attractive est la région Méditerranée / Sud-est. Ce constat est valable pour le cadre et les conditions de vie mais également pour les rémunérations. Naturellement, les niveaux de rémunération pratiqués dans les grandes métropoles sont en moyenne supérieures aux autres villes. C’est notamment le cas à Lyon, Marseille, Montpellier et Nice.

 

Existe-t-il également des disparités entre les secteurs d’activités ? 

Khalil Ait-Mouloud : L’impact du secteur d’activité est clair sur les niveaux de rémunération pratiqués. Nous observons par exemple des pratiques de rémunération dynamiques à Sophia-Antipolis pour le secteur des nouvelles technologies. Tous les métiers du digital ont évidemment le vent en poupe.

 

Face à la pénurie de talents, les salaires pourraient-ils augmenter dans les métropoles ?

Khalil Ait-Mouloud : L’un des effets de la crise sanitaire actuelle porte sur la mobilité des cadres notamment. En effet, beaucoup ont passé le pas ou y pensent et déménagent dans des grandes métropoles de province depuis Paris – Ile-de-France. D’un autre côté, certaines entreprises amorcent déjà cette transformation en déplaçant des équipes, des activités ou des filiales dans les métropoles de province. Ces mouvements démographiques et organisationnels risquent fortement de donner une nouvelle dynamique aux rémunérations hors Paris.

 

Le télétravail pourrait-il aussi influer sur les salaires en région ? 

Khalil Ait-Mouloud : Le télétravail généralisé est une réalité aujourd’hui en France mais son impact et son étendue ne sont pas encore assez puissants pour que cela puisse avoir un impact très significatif. En effet, la très grande majorité des entreprises qui sont pro-télétravail et qui encouragent vivement leurs salariés à être en télétravail, souhaitent tout de même garder un attachement territorial de leurs équipes afin que l’entreprise et ses locaux continuent à un être un vecteur de relations sociales et de synergies. En effet, les plus optimistes proposent un rythme de 3 jours en télétravail et 2 jours au bureau pour le moment. Les collaborateurs qui seront en télétravail resteront donc l’exception qui va confirmer la règle.

 

Quel est le salaire généralement proposé  à un cadre dont l’entreprise est basée en IDF mais qui télétravaille ailleurs en France ? 

Khalil Ait-Mouloud : Un consensus sur le sujet n’a pas encore été atteint mais c’est une réflexion forte dans beaucoup d’entreprises (surtout des grandes entreprises).