Olivier Pastré « Pour Florange, il n’y a que 3 solutions »

Alors que l’étau se ressert autour d’une nationalisation du site Mittal de Florange, l’économiste Oliver Pastré estime que la situation ne présente guère de solutions.

A l’heure actuelle, on critique beaucoup la nationalisation éventuelle du site Mittal de Florange. Y-a-t-il d’autre moyen d’agir ?
Au vu de la situation à Florange, il y a trois solutions. La liquidation judiciaire, la découverte d’un investisseur ou la nationalisation. Le problème c’est que la question de la nationalisation est encore floue. S’agit-il de nationaliser tous les sites Mittal ou juste le site de Florange ? C’est une question que Bercy doit se poser.

Et quelle est l’option la plus souhaitable ?
Tout dépend comment vous vous placez. Il n’y a pas de solution miracle. Chacune est intelligente au regard d’une grille de lecture. Si on prend le l’aspect économique, c’est évidemment la liquidation. Si on prend l’aspect développement, c’est évidement plutôt l’option d’un investisseur hors gouvernement.

Mais alors, cette nationalisation, c’est une bonne ou mauvaise chose ?
Disons qu’en effet  c’est un mauvais signal. Notamment aux investisseurs, et d’un point de vue plus général des notions de capitalisme libéral autour desquelles tournent notre économie. Mais en même temps, j’ai du mal à croire que le gouvernement va nationaliser sans avoir une idée derrière la tête de ce qui veulent faire de ce site.

+

+

Olivier Pastré, Florange, mittal,

Olivier Pastré, est un économiste français et  professeur d’économie à l’Université de Paris VIII. De janvier 2009 à janvier 2012, il a été membre de la Commission de surveillance de la Caisse des dépôts et consignations. Olivier Pastré présente une chronique économique sur France Culture et est membre du Cercle des économistes.