OPINIONS : Les profils multiculturels, un atout pour la compétitivité !

Par Nathalie Gormezano, Directrice générale de l’ISIT

Les entreprises et les cabinets de recrutement internationaux les recherchent un peu partout dans le monde, les grandes écoles et les universités mettent en avant l’internationalisation de leurs étudiants. Les profils interculturels sont sans nul doute un véritable atout pour l’emploi et la compétitivité. Et pourtant, ils restent une denrée rare en France !

Parler anglais, ça suffit vraiment pour réussir dans le business ?

Il existe bien cette langue « anglaise », le Globish, une sorte de lingua franca ayant trouvé sa place dans les échanges courants. Cette « langue-là » véhicule une culture simpliste, fondée sur la satisfaction des besoins immédiats et la promotion d’un certain nombre d’industries ou de produits.

Elle ne suffit cependant pas à traduire la complexité des cultures s’exprimant à travers les relations commerciales. En réalité, la mondialisation n’a en aucune façon détruit les langues et les cultures. Qui n’a pas entendu parler d’entreprises ayant échoué dans des négociations de grande envergure faute d’une réelle compréhension des enjeux stratégiques ou par inadéquation culturelle ? Cette perte de marchés se traduit par des pertes de recettes considérables pour ces entreprises ayant sous-estimé l’importance du multilinguisme et de l’interculturel pour  leurs affaires.

Être un expert de l’interculturel, c’est quoi ?

Un profil multiculturel, c’est un professionnel capable de mettre en œuvre ses compétences opérationnelles (techniques, scientifiques, managériales, commerciales, etc..) dans des contextes variés, impliquant des acteurs de cultures différentes. A l’écoute des différences et des complexités de toutes les parties prenantes, il cherche à apprivoiser son environnement et le contexte de son activité pour atteindre ses objectifs. Ses principales compétences reposent sur une très grande capacité à mobiliser des savoir-être et des savoir-faire adaptés aux situations professionnelles auxquelles il est confronté.

Un profil multiculturel, pour quoi faire ?

Un profil multiculturel n’est pas un métier, c’est un professionnel qui sait écouter, comprendre, analyser et interpréter les codes utiles pour mettre en œuvre ses stratégies et ses activités. Il doit avoir une maîtrise parfaite des langues nécessaires à ses principaux échanges professionnels, ce qui n’implique pas de savoir parler toutes les langues. Mais il doit surtout tenir compte du fait que des échanges, même dans une seule langue, reposent sur une représentation implicite du monde et sur des non-dits, qui font toute la différence dans la mise en œuvre opérationnelle, dans la prise de décisions et, bien sûr, dans les négociations.

Devenir expert de l’interculturel, ça s’apprend ?

Oui, ça s’apprend, selon plusieurs voies plus ou moins longues comme l’expatriation dans un cadre professionnel. Celle-ci oblige à  mettre de côté les repères de sa culture d’origine pour s’adapter à celle de son territoire d’accueil. Elle nécessite également d’appréhender la notion de différences collaboratives. Somme toute, les expériences de vie à l’international sont une condition de l’apprentissage et de l’intégration du multiculturel. Parmi les grandes écoles, l’ISIT propose cet apprentissage de la diversité. Il ne s’agit pas « d’apprendre des langues », mais d’être capable d’appréhender toute la culture des pays dans lesquels elles sont pratiquées pour faire en sorte que les messages soient parfaitement compris. Ne pas écrire et parler à tous de la même manière, réfléchir à la façon dont ses interlocuteurs vont ressentir nos messages, là se situe la véritable expertise linguistique et interculturelle.

+

+

L’ISIT forme des experts linguistiques et interculturels depuis 1957 reconnus dans le monde entier pour leur excellence. La maîtrise à très haut niveau des langues étrangères permet non seulement de comprendre l’explicite (ce que le locuteur dit), mais aussi l’implicite (ce qui est en jeu dans la communication : sentiments, valeurs, symboles, représentation). De plus, la compréhension des références historiques et culturelles est incontournable pour atteindre une telle maîtrise de ces langues. Une formation de cette nature oblige en permanence à remettre en question son niveau de compréhension au regard du référent culturel, à éviter les pièges de l’ethnocentrisme, à cultiver le goût de la diversité culturelle.Pour mettre au service des grandes entreprises internationales ce degré de compétence, l’ISIT complète les formations linguistiques par des formations au management, au marketing, aux ressources humaines… Une pluridisciplinarité qui permet aux diplômés d’être directement opérationnels.