Plan d’aide à la Grèce : Tout le monde cède au chantage

On le saura précisément dans l’après-midi, mais les états européens vont sans doute organiser un nouveau sauvetage de la Grèce en débloquant un prêt public de 60 milliards d’euros. L’Allemagne qui, jusqu’à maintenant, bloquait les opérations s’est laissé faire en cédant à cet espèce de chantage que font les Grecs du genre : « Sauvez nous sinon c’est la catastrophe ! ».

Donc l’Europe et le FMI vont remettre la main au portefeuille, ce qui signifie que :

-D’une part, la Grèce va pouvoir passer l’été.

-D’autre part, il n’y aura pas de restructuration de la dette, c’est à dire que les créanciers privés n’auront pas à payer pour la Grèce. Ca veut dire aussi que les banques européennes, les françaises, comme Groupama, le Crédit Agricole, la BNP, les Allemandes aussi la Deutsche Bank vont pouvoir respirer.

Tout va mieux dans le meilleur…

Dès que l’information a filtré hier soir, les boursiers ont sorti le champagne.

– Paris est repassé au dessus des 4000 points en gagnant 1,63 %.

– Francfort à repris 1,86%.

– Le Dow Jones a terminé en hausse également 1,03%.

Ca faisait un mois que tout était orienté à la baisse.

Est-ce que cela va durer ?

Tout cela est fragile, et les marchés spéculent beaucoup et sur tout. On spécule sur la capacité des Européens à soutenir la Grèce or, on sait bien que l’on regonfle un pneu qui est crevé.

On specule sur la capacité des américains à soutenir leur économie. On spécule en France sur les effets de la sécheresse, sur les risques de cancers dans les portables. On spécule même sur l’arrivée des pétrodollars dans le football.

Les mouvements spéculatifs ne durent jamais longtemps