« Plus riche que Dieu » ou comment les gestionnaires des hedge funds s’enrichissent avec la crise

Sebastian Mallaby décrypte le monde opaque de la finance et nous éclaire sur les fameux hedge funds à travers son ouvrage intitulé « Plus riche que Dieu », best-seller aux Etats-Unis.

A l’heure où les places boursières mondiales se cherchent, où l’automatisation du trading et lesalgorithmes font de plus en plus parler d’eux, cette vision inédite de l’élite de la finance ouvre les yeux sur certaines réalités… et sur les possibilités qu’ouvrele monde de l’investissement. Chaque chapitre se concentre sur une personnalité de la finance, tissant ainsi l’histoire de la bourse et l’arrivée inexorable à la crise de 2008. Mais il laisse également la part belle aux caprices de ces gestionnaires, qui se sont incroyablementenrichis sur le dos de la crise…

A l’image de Lloyd Blankfein, PDG de Goldman-Sachs,  qui a reçu une rémunération de 54 millions de dollars. Ou encore de ces gestionnaires présents dans le classement du magazine « Alpha », dévoilant que le « moins performant » d’entre eux aurait gagné quelque 240 millions de dollars. Les gestionnaires des hedge funds seraient alors à l’abri des crises qu’ils peuvent déclencher, alliant richesse, pouvoir mais aussi dangerosité.

sebastian mallaby, plus riche que dieu, etats-unis, hedge funds, finance, crise

Crédits : boutique.pro-at.com