Pourquoi les investisseurs du monde entier s’intéressent à la France

Ce qui est très intéressant, c’est qu’ils ne s’y intéressent pas tous pour les mêmes raisons…

Ce qui est très intéressant, c’est qu’ils ne s’y intéressent pas tous pour les mêmes raisons…

Cela peut paraître assez paradoxal mais la France est l’un des pays en Europe, et dans le monde, qui retient le plus l’attention des capitalistes investisseurs. Ce qui est très intéressant, c’est qu’ils ne s’y intéressent pas tous pour les mêmes raisons.

Ils étaient 25 dimanche soir à l’Elysée pour la seconde réunion du « Conseil de l’Attractivité ». Des investisseurs parmi les plus importants venus du monde entier. Certains représentaient les fonds de retraite américains, d’autres des fonds pétroliers, d’autres encore venaient de « family office » indiennes ou chinoises. Bref, ce dimanche, les palaces parisiens hébergeaient les plus grosses fortunes du monde.

C’est la deuxième fois qu’ils sont ainsi reçus par le président de la République. Ceci étant, ils n’ont pas attendu une invitation officielle : beaucoup passent par Paris avant de regagner leur bureau de Londres – car, oui, ils ont tous un bureau à Londres. Beaucoup y ont même acheté des appartements.

Cet intérêt est plutôt paradoxal. La France est dénigrée par tous les observateurs, sa croissance est plantée, ses performances financières sont lamentables, ses perspectives sont médiocres et ses élites désertent le pays. Restent les services publics et les hôpitaux – et encore, il ne faut pas trop s’arrêter aux jours de grève.

Mais alors, pourquoi vient-on du monde entier dans notre capitale ? Il y a trois raisons à cela.

D’abord, les riches de la planète sont toujours venus en France – soit pour Paris, soit sur la Côte d’Azur. Les nouveaux riches d’aujourd’hui (les pétroliers, les Russes, les Africains et sans doute les Chinois) ont gardé cette habitude : Paris reste la ville du bien vivre et du luxe. Beaucoup sont d’ailleurs restés en ce début de semaine, invités par Bernard Arnault pour visiter la fondation LVMH qu’il vient d’ouvrir dans les bois de Boulogne.

Ensuite, il y a une partie des investisseurs qui auscultent la France à la loupe parce qu’ils ont des intérêts importants et qu’ils ne comprennent pas pourquoi le pays est dans un tel état.

Et puis, il y en a d’autres qui viennent y saisir des opportunités d’achat. Ils croient dur comme fer que ce pays ne fera pas faillite : les contribuables y sont sérieux et l’économie finira par se redresser, donc le prix des actifs avec.

Actuellement, ceux qui partent sont plus nombreux que ceux qui arrivent ; ceux qui vendent plus nombreux que ceux qui achètent. Les optimistes estiment que les arbitrages finissent toujours par se renverser mais, dans l’immédiat, c’est peu probable…