Présidentielle : Les petites phrases de la campagne…

Cette année encore, les candidats et leur entourage ont redoublé d’imagination et de créativité. Entre noms d’oiseaux et attaques en tout genre, certains se sont particulièrement illustré dans cet exercice. En voici quelques-unes.

« Le déconomètre fonctionne à plein tube » – Le désaccord de François Bayrou  au sujet de la proposition de François Hollande de taxer à 75 % les plus hauts revenus n’est pas passé inaperçu.

« Pourquoi choisir, pour rentrer dans la saison des tempêtes, un capitaine de pédalo comme Hollande ? » – Grand spécialiste des métaphores Jean-Luc Mélenchon signe ici une de ses premières phrases assassines.

« Il n’y a pas de baisse tendancielle du foutage de gueule » – Olivier Besancenot, fidèle à son franc-parler n’a pas manqué de commenter l’explication de Nicolas Sarkozy sur son bilan, annonçant fin mars une « baisse tendancielle de l’augmentation du nombre de chômeurs ».

« Mélenchon aussi révolutionnaire que je suis danseuse au Crazy Horse » – Les deux candidats ont tout tenté pour obtenir la troisième place du classement. Ici Marine Le Pen se moque de sa « prise de la Bastille » de Mélenchon.

« Gauche au volant, Grèce au tournant ! » – Dicton signé Nathalie Kosciusko-Morizet qui en bonne conductrice de la campagne de Nicolas Sarkozy conseille de ne pas virer à gauche pour éviter la faillite.