Programme économique : François Hollande coincé par ses promesses

4,2%, c’est le déficit probable des finances publiques en 2013 selon la Commission européenne.

Un chiffre qui marque un dérapage sérieux par rapport aux objectifs de 3% promis par François Hollande. Bruxelles vient de nous expliquer qu’en 2013 la croissance des économies ne sera pas revenue, ou trop peu, et que les efforts d’assainissements n’auront pas été suffisants. Selon Bruxelles, on rejoint à vitesse grand « V » l’Italie et l’Espagne.

Cependant, il y a deux façons de lire cette statistique. La première, c’est de rappeler que le programme du candidat était trop optimiste. Ce à quoi Michel Sapin, qui a écrit le programme, s’est empressé de répondre que tout cela n’était que le résultat de la politique Nicolas Sarkozy. Ce type de polémique n’avance à pas grand-chose. La deuxième lecture possible, c’est d’expliquer que les objectifs ne seront pas atteints si on ne fait rien pour redresser le bateau. François Hollande peut très bien utiliser cette prévision pour souligner la gravité de la situation et annoncer la nécessité d’un effort supplémentaire.

Pour rester dans les clous, il faudra trouver 10 milliards d’économie pour juillet et 20 milliards dans la loi de finances que l’on préparera en septembre pour 2013. C’est la raison pour laquelle on augmentera l’ISF dès cette année et que l’augmentation de 2 points de TVA déjà votée est remise en question. La crise de l’euro d’un côté, les prévisions économiques de l’autre, vont rattraper François Hollande et l’obliger à amender son programme.