Proposition 12 : Favoriser l’actionnariat salarié

Interview de Jean-René Boidron, co-président de la Commission « Social et Emploi » de Croissance Plus.

Interview de Jean-René Boidron, co-président de la Commission « Social et Emploi » de Croissance Plus.

Concrètement comment cela peut fonctionner ? Quels outils ?
Le facteur humain dans une entreprise reste sa première richesse, il est donc judicieux d’associer capital et travail. Pour impliquer les salariés, le partage des fruits de la croissance est une réponse intelligente. Ce partage peut se faire grâce à plusieurs outils : l’intéressement, la participation, le Plan d’Epargne Entreprise (PEE) et le Plan d’Epargne pour la Retraite Collectif (PERCO) qui fidéliseront les collaborateurs. Ensuite il y a la possibilité d’attribuer des actions gratuites, des stock-options, des BSPCE aux managers en priorité mais aussi aux collaborateurs qui s’impliquent dans l’entreprise. Ces derniers outils permettent d’associer de manière renforcée les salariés au développement des projets de l’entreprise. L’actionnariat salarié ne peut toutefois fonctionner que si les problèmes publics ne décident pas de taxer outrageusement ces outils de partage notamment lors de leur cession.

Que peut y gagner un salarié d’une PME ? Et l’entreprise elle-même ?
Globalement, cette gestion participative permet de créer des objectifs collectifs au sein de l’entreprise, d’attirer et fidéliser les managers et les principaux collaborateurs. Ce partage permet aux salariés d’accéder à une vraie part de la valeur créée par leur entreprise, d’être investis dans leur développement et d’être encore plus motivés dans leurs missions. Un réel management participatif se met alors en place. Enfin, n’oublions pas que la performance d’une entreprise repose aussi sur ceux qui y travaillent. Un entrepreneur a donc tout intérêt à proposer ces outils de partage.

Le plus simple ne serait-il pas plutôt de réduire les cotisations sociales pour libérer les salaires et l’investissement ?
Le partage de la valeur ajoutée est un dispositif parmi d’autres. Évidemment, l’allègement du coût du travail est indispensable pour une meilleure compétitivité de nos entreprises. Mais l’actionnariat salarié doit être développé parallèlement pour que collaborateur et entrepreneur travaillent ensemble, avec un objectif commun : Que l’entreprise soit la plus performante. Tout le monde en ressortira gagnant.

>>La liste des 20 propositions